0
Aviation Civile
Air France prévoit un retour à l'équilibre de son réseau court-courrier en 2023
Air France prévoit un retour à l'équilibre de son réseau court-courrier en 2023

| HEGUY Jean-Baptiste

Air France prévoit un retour à l'équilibre de son réseau court-courrier en 2023

Le détail du plan de redressement financier du secteur régional cour-courrier, déficitaire depuis plusieurs années, a été présenté dans un document de travail confidentiel dont Air&Cosmos a eu connaissance.

Air France s'attaque aux pertes de son réseau régional intérieur. Selon un document de travail confidentiel présenté récemment aux syndicats, Air France prévoit un retour à l'équilibre ou un petit bénéfice sur ce secteur d'ici à 2023. En 2019, le réseau court-courrier a perdu 200 millions d’euros. La prévision de pertes pour 2020 est de 183 millions d’euros. Selon le plan de redressement, les économies se décomposent comme suit : 95 M€ (routes arrêtées), 69 M€ (routes reprises par Transavia), 58 M€ (plan de transformation), 23 M€ (coûts carburant). A ces économies, il faut ajouter les coûts supplémentaires liés à l’inflation (10 M€) et la baisse de recette unitaire (43 M€). En bout de ligne, selon le plan de marche de redressement, le secteur devrait arriver à l’équilibre en 2023 voire être légèrement bénéficiaire (de l’ordre de 10 M€). La direction d’Air France précise dans le document de travail que « d’autres initiatives sont à développer pour dégager une marge bénéficiaire plus significative au-delà de 2023 ».

Transavia en force sur Orly

Ce redressement va aussi passer par une redistribution des rôles sur le réseau domestique. D’ici 2023, Air France envisage le schéma suivant. A Orly, la compagnie française envisage de maintenir les « Navettes » vers Toulouse, Marseille et Nice, ainsi que la desserte de la Corse. Les dessertes exploitées en OSP (Obligations de service public) sont maintenues jusqu’à leur échéance. En revanche, les routes avec des alternatives ferroviaires à moins de 2h30 et les routes très déficitaires sont fermées (comme Nantes et Bordeaux). Parallèlement, un déploiement de Transavia sur le reste des liaisons radiales (Paris-province) intérieures est prévu (comme Biarritz, Montpellier, Pau, Perpignan et Brest), en complément de la poursuite de son développement en Europe. Rappelons qu’avec la fin de la limitation de périmètre de sa flotte, Transavia n’est plus entravée dans son développement, notamment pour contrer plus efficacement ses concurrentes low cost.

Recentrage de HOP ! à Lyon

La filiale régionale d’Air France, HOP !, se recentrerait à Lyon pour opérer sur les petits flux de passagers et permettre de maintenir entre régions via le hub de Saint-Exupéry. Là encore, Transavia reprendrait les routes disposant des flux les plus importants (Nantes, Toulouse et Bordeaux). Transavia se positionnerait aussi sur les autres transversales avec une demande suffisante pour maintenir une présence en régions face aux compagnies low cost concurrentes. A Roissy, Air France maintient un réseau d’une quinzaine de lignes au départ des régions françaises pour alimenter le hub international.

Retrouver l'intégralité de notre article sur la restructuration du réseau régional court-courrier d'Air France dans le prochain numéro d'Air et Cosmos (n°2696, 10 juillet 2020)

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription