0
Aviation Civile
Air France-KLM finalise sa recapitalisation côté français
Air France-KLM finalise sa recapitalisation côté français

| HEGUY Jean-Baptiste

Air France-KLM finalise sa recapitalisation côté français

La Commission européenne a autorisé contre compensation la transformation en capital du prêt direct de l'Etat français qui avait été fait à Air France, et une augmentation capitale de 1 milliard d'euros supplémentaires.

Après plusieurs mois de négociation, la Commission Européenne a donné son feu vert au plan de recapitalisation d'Air France-KLM qui pour l'instant ne concerne qu'Air France, mais a des répercussions sur l'ensemble du groupe aérien franco-néerlandais. Au total, c'est un montant global de 4 milliards d'euros de recapitalisation que vont recevoir Air France et sa holding. Cette recapitalisation se décompose en une augmentation de capital de 1 milliard d'euros et la conversion du prêt direct de 3 milliards d'euros qui avait été autorisé en avril 2020. 

L'Etat français monte à 30%

Dans ce cadre, l'Etat français pourra à la suite de cette augmentation de capital monter sa participation au capital à hauteur de 30% maximum (contre 14,3% actuellement). L'Etat néerlandais a annoncé qu'il avait approuvé l'ensemble des dispositions du plan de recapitalisation d'Air France-KLM et qu'il continuait à discuter avec la Commission européenne sur des mesures potentielles de renforcement du capital de KLM. Il a néanmoins annoncé qu'il ne souscrirait pas à l'augmentation du capital d'Air France-KLM et resterait donc à 14% du capital social. Il en est de même pour Delta Airlines, qui reste à 8,8% du capital social d'Air France-KLM. En revanche, la compagnie China Eastern Airlines a annoncé qu'elle avait l'intention de participer à l'augmentation de capital tout en maintenant sa participation strictement inférieure à 10% du capital social. 

Par ailleurs, le prêt garanti par l'Etat français de 4 milliards d'euros (PGE) a été prolongé avec un date d'échéance désormais fixée à 2023. Le prêt garanti par l'Etat néerlandais de 2,4 milliards d'euros a une date d'échéance fixée à 2025.

18 paires de créneaux cédés à Orly  

En compensation du plan de capitalisation, Air France s'engage à céder un maximum de 18 paires de créneaux horaires à Paris-Orly (atterrissage et décollage) à un transporteur concurrent afin de créer ou de développer une base existante dans cet aéroport, à condition que le transporteur qui obtient les créneaux d'Air France base ses avions et ses équipages à l'aéroport d'Orly, dans le respect du droit du travail national et européen. Parallèlement, des engagements généraux ont été pris sur les restrictions d'acquisitions, les rachats d'actions, les distributions de dividendes et les rémunérations de la direction générale.  

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription