0
Espace
23e Soyouz en Guyane : une mission très européenne
23e Soyouz en Guyane : une mission très européenne
© S. Martin / ESA – CNES – Arianespace / Optique Vidéo du CSG

23e Soyouz en Guyane : une mission très européenne

Un satellite italien, deux charges utiles de l’Agence spatiale européenne (dont un partenariat avec la Suisse) et deux nanosats français doivent être lancés demain par un Soyouz mis en œuvre depuis la Guyane.

J-1 pour le neuvième et dernier lancement effectué cette année par Arianespace depuis le Centre spatial guyanais (CSG) – le troisième avec un lanceur russe Soyouz (version STA / Fregat M).

Pour cette mission dédiée à quatre institutions européennes, cinq charges utiles (deux principales et trois auxiliaires) devront être placées sur orbite héliosynchrone.

 

Satellite radar italien de nouvelle génération.

Le premier passager est Cosmo-Skymed SG 1 (COnstellation of Satellites for the Mediterranean basin Observation Second Generation 1).

C’est le premier exemplaire de la seconde génération de satellites italiens d’observation radar à synthèse d'ouverture SAR (système dual, civil et militaire).

Il a été fabriqué par Thales Alenia Space Italie, pour le compte de l’Agence spatiale italienne (ASI) et le ministère de la Défense italien.

 

Renseigner des exoplanètes connues.

Le deuxième passager est le télescope Cheops (Characterising Exoplanet Satellite – satellite de caractérisation des exoplanètes) de l’Agence spatiale européenne (ESA).

Il a été développé en partenariat avec la Suisse et construit sous la maîtrise d’œuvre d’Airbus Espagne.

Il doit apporter de nouvelles informations sur des exoplanètes déjà identifiées, qui évoluent autour d'étoiles lumineuses situées au voisinage du système solaire.

 

Démonstrateurs divers.

Trois cubesats expérimentaux seront également déployés.

Le cubesat 12U Angels (Argos Neo on a Generic Economical and Light Satellite) est le premier nanosatellite produit intégralement par l’industrie française.

Financé et développé par le Cnes et la société toulousaine Hemeria , il sera le précurseur de la constellation Kineis pour l’Internet des objets, équipé ici d’une charge utile Argos-Neo de localisation et de collecte de données.

Le cubesat 3U EyeSat doit étudier la lumière zodiacale et l'image de la Voie lactée.

Il a été réalisé avec quelques 250 étudiants impliqués depuis 2012 dans le projet Janus (Jeunes en Apprentissage pour la réalisation de Nanosatellites des Universités et des écoles de l'enseignement Supérieur) du Cnes.

Enfin, le cubesat 3U OPS-Sat, construit par la société américano-italienne Tyvak (membre du groupe Terran Orbital) pour le compte de l’ESA, va tester de nouveaux moyens de contrôle de satellites.

 

Destination SSO.

La mission VS23 (la 23e utilisant un lanceur Soyouz en Guyane) doit débuter mardi 17 décembre à 8h54 UTC (9h54, heure de Paris), depuis l’ensemble de lancement Soyouz ELS du CSG à Sinnamary.

Elle doit durer au total 4 heures et 13 minutes.

A Kourou, le temps est extrêmement pluvieux, ce qui n’est pas forcément rédhibitoire ; le risque de foudre et la vitesse de vent, eux, seront en revanche surveillés de près demain…

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription