Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Constructeurs Actualité Industrie Actualité Motoristes

X-59 : GE explique le choix du turboréacteur F414-100

Le Lockheed Martin X-59 sera motorisé par un GE F414-100. © Nasa

Le X-59, ex QueSST, acronyme de Quiet Super Sonic Transport (appareil de transport supersonique silencieux) est un prototype qui servira à tester les nouvelles technologies qui permettront l'émission d'un bang sonore fortement réduit lors du passage de Mach 1.

Destiné à voler à Mach 1,4 et à 55 000 pieds (soit 16764 m), son but est d'accumuler suffisamment de données pour que la FAA, l'administration de l'aviation civile américaine, soit l'équivalent de l'Aesa, ainsi que l'OACI puissent établir à l'horizon 2025-2030 de futures réglementations relatives au transport supersonique. Ces données, qui seront entre autres constituées des réactions humaines au bruit émis par le passage de l'appareil, seront récoltées au cours de vols effectués au-dessus de communautés précédemment sélectionnées.

Pour motoriser ce prototype, la Nasa et Lockheed Martin -qui construira le X-59- ont sélectionné le turboréacteur de General Electric, le GE F414-100. Développé au cours de la décennie 1990, le F414 fut conçu pour le Super Hornet, construit par Boeing.

L'usine de GE de Riverworks à Lynn, dans le Massachusetts, a produit plus de 1 600 de ces moteurs qui ont accumulé collectivement plus de 4 million d'heures de vol. GE a décroché le contrat X-59 l'an dernier pour assembler deux moteurs, l'un destiné à l'appareil et l'autre en qualité de rechange, et devrait les livrer en 2019.

"La raison de l'utilisation du F414-100 est largement due à sa poussée et aux systèmes de sécurité liés à l'utilisation en monomoteur", commente David Prescott, directeur de programme. La réchauffe, utilisée habituellement par les pilotes de chasse pour disposer d'un surcroit de vitesse, sera employée dans le cas du X-59 pour garder l'appareil à des vitesses élevées et tester non seulement ses systèmes mais également étudier le bang sonique. GE travaille actuellement sur l'intégration du turboréacteur à la cellule du X-59. De son côté, l'appareil devrait effectuer son premier vol à l'horizon 2023.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.