Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Espace

Un satellite franco-allemand sur Ariane 6

Dessin d'artiste d'un satellite CSO © D. Ducros/CNES

Le futur lanceur lourd européen se verra confier le lancement, en 2021, du satellite de reconnaissance militaire franco-allemand CSO 3.

Le 19 juin, à l’occasion du Conseil des ministres franco-allemand qui s’est tenu à Meseberg (Allemagne), Florence Parly, ministre des Armées, et son homologue allemande Ursula von der Leyen, ont signé deux lettres d’intention communes sur le char de combat du futur MGCS (Main Ground Combat System) et sur le système de combat aérien du futur Scaf (Next Generation Weapon System within a Future Combat Air System). Mais il a également été convenu que le satellite de reconnaissance militaire franco-allemand CSO 3, qui doit entrer en service en 2021 pour augmenter la capacité de revisite de la constellation CSO (Composante Spatiale Optique), sera mis sur orbite par le futur lanceur européen Ariane 6. Un signe de soutien bienvenu de la part de nos partenaires allemands, qui n'ont pas toujours opté pour la solution européenne pour lancer leurs satellites militaires –tout le monde garde en mémoire (sinon en travers de la gorge) l’affaire des satellites radar Sarah 2 et 3 de la Bundeswehr, qui doivent être lancés d'ici 2019, à l'aide du Falcon 9, suite à un contrat signé avec SpaceX en août 2013. C’était le premier accord entre l’opérateur de lancements californien et un gouvernement européen.

 

Continuité du programme Helios.

Le programme CSO de reconnaissance optique à très haute résolution par satellite a été engagé par le Cnes (par délégation de la DGA) en décembre 2010, afin d’assurer, à partir de 2018, la relève des satellites Helios 2A et 2B (en service depuis décembre 2004 et décembre 2009), dans le cadre du programme multicapteurs Musis (Multinational Space-based Imaging System).

La construction de deux exemplaires (respectivement dotés d’une résolution de 35 et 20 cm environ) a été confiée à Airbus Defence and Space, dans le cadre d’un contrat de 795 M€ comprenant une option pour un troisième exemplaire, Thales Alenia Space fournissant l’instrument optique. En avril 2015, l’Allemagne s’est jointe au projet, participant au financement du troisième satellite, à hauteur de 210 M€.

La Suède est également partenaire du programme, ce qui permet l'utilisation d'une station de réception dédiée, implantée au nord du cercle polaire.

Construits sur la plateforme agile AstroSat 1000 (utilisée notamment sur les satellites Pleiades), les satellites CSO (environ 3,5 tonnes au décollage chacun) doivent évoluer sur une orbite héliosynchrone, à deux altitudes différentes (480 et 800 km), pour une durée d’au moins 10 ans.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.