Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace

Neuvième essai du New Shepard

La cabine posée à quelques dizaines de mètres de son lanceur, encore fumant. © Capture d'écran YouTube

Chaque fin de semaine, une photo qui a fait l’actualité. Le 18 juillet, le lanceur développé par Blue Origin pour le tourisme spatial a effectué son neuvième vol, probablement le dernier inhabité.

Ejecter en toute sécurité, à n’importe quel moment d’un vol suborbital touristique, la cabine d’équipage, puis la récupérer en douceur sous parachute : telle est la capacité que Blue Origin entendait démontrer pour la seconde fois depuis octobre 2016, à l’occasion de la Mission 9 – inhabitée – de son lanceur monoétage New Shepard. Cette fois, l’objectif n’était pas d’actionner le système en pleine phase d'accélération, mais entre le moment où la cabine s’est normalement détachée de son lanceur et l’apogée.


 

Retour groupé.

Le lancement de la mission M9 est intervenu depuis la base de West Texas (Corn Ranch, Texas), le 18 juillet à 15 h 11 UTC. Le vol s’est de nouveau déroulé comme à la parade : poussée du moteur durant 2 minutes et 20 secondes, séparation 20 secondes plus tard, et très impressionnante éjection d’urgence à la troisième minute. La cabine, qui embarquait de nouveau des expériences scientifiques et le mannequin Skywalker, a ainsi culminé à 119 km d’altitude, avant d’entamer sa descente. Freinée par trois grands parachutes, elle a touché le sol au bout de 11 minutes et 17 secondes de vol, à seulement quelques dizaines de mètres de son lanceur. Celui-ci s’était magistralement posé un peu moins de quatre minutes auparavant, presque parfaitement au centre de sa cible d’atterrissage.

Tout comme son lanceur, la cabine effectuait son troisième vol depuis décembre dernier, le second en 2018. C’était le neuvième vol d’un New Shepard depuis avril 2015, le huitième récupéré à l’issue de sa mission, et le sixième réutilisant un étage.

 

Dernier vol inhabité ?

Le prochain vol devrait intervenir d’ici la fin de l’année… et embarquer pour la première fois des passagers. Les rumeurs continuent d’aller bon train, d’une part sur la composition du premier équipage, mais surtout sur le prix des billets des premiers vols ouverts aux touristes, à partir de 2019. A chaque fuite à ce sujet, la société de Jeff Bezos répond ne pas avoir encore fixé ses tarifs. En attendant, les estimations des observateurs restent bien vagues : entre 200 et 300 000 $ le ticket.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.