Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité Avions commerciaux Actualité Compagnies aériennes

MH370, l' ATSB publie son rapport

Un aviateur australien à la recherche de débris du vol MH370 au cours de la première campagne de recherches du Boeing 777-200ER de Malaysia Airlines. © RAAF

L'équivalent australien du bureau d'enquêtes et d'analyses a publié son rapport sur la disparition de MH370. Dont les causes ne sont toujours pas éclaircies.

440 pages et trois ans et demi de recherches. C'est ce que représente le rapport de l'ATSB, soit l'Australian Transport Safety Bureau, -l'équivalent australien du bureau enquêtes et d'analyses- concernant ce qui reste encore -et jusqu'à la découverte de l'épave- le mystère entourant le vol MH370. Soit la perte d'un appareil, de 12 membres d'équipage et de 227 passagers. "La recherche de l'appareil disparu a débuté le 8 mars 2014 et s'est étendue sur 1 046 jours, jusqu'au 17 janvier 2017, lorsqu'elle fut suspendue en accord avec une décision gouvernementale tripartite, soit la Malaisie, l'Austalie et la République populaire de Chine", mentionnent les premières lignes du volumineux "The Operationnal Search for MH370". 

Mystère car le rapport se lit un peu à la manière d'un roman policier, avec une accumulation de pages et de pages de preuves, de renseignements... Qui malgré tout ne suffisent pas à expliquer la perte de l'appareil. Ainsi que la conclusion le mentionne : " Les raisons de la perte de MH370 ne peuvent être établies avec certitude tant que [l'épave de] l'appareil n'a pas été trouvée".

A défaut de fournir des explications scientifiques sur les causes de la perte du Boeing 777 de Malyasia Airlines, ce long rapport, offre un témoignage sur les efforts, la méthodologie et surtout le nombre de ressources mises en place pour tenter de retrouver l'appareil au cours de ces trois ans. Notamment les recherches sous-marines, qui lorsqu'elles furent suspendues ont permis de quadriller plus de 120 000 km2 au travers de 661 zones d'intérêt -et qui permirent au passage de découvrir et d'identifier quatre épaves de bateaux-.

Si les moyens mis en place n'auront été ni restreints ni limités, l'épave de l'appareil, qui garde encore actuellement son mystère entier, n'a toujours pas été localisée. Et le rapport de mentionner : "il est presqu'inconcevable et sociétalement inacceptable à l'heure du transport aérien moderne, avec 10 millions de passagers utilisant les avions commerciaux chaque jour, qu'un grand appareil de transport disparaisse et que le monde ne sache pas avec certitude ce qu'il en est devenu ainsi que les personnes à bord".

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.