Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Technologies

MDRS 185 : rapport de mission n°2

Essais de la X-1 dans l'hiver martien © Thibault Paris

Une nouvelle simulation de mission martienne de la Mars Society a démarré le 16 décembre dans le désert de l'Utah. Thibault Paris, l'un des participants, témoigne. Voici son compte rendu du 22 décembre.

Thibault Paris et Arno Passeron, deux des sept élèves de l'Ecole Polytechnique qui ont probablement développé le premier démonstrateur technologique de scaphandre martien basé sur une architecture réalisée par impression 3D, participent actuellement à la mission Mars Desert Research Station n°185 de la Mars Society, dans le désert de l'Utah. Voici le deuxième compte rendu de mission de Thibault Paris, envoyé le 22 décembre. Ce récit est dédié à Alain Souchier, président de l’association Planète Mars et tuteur du projet, disparu deux jours avant le début de la mission.

 

« Après quatre sols (ou 4 jours martiens) sur la base MDRS, il est temps pour moi de reprendre le clavier. La dernière fois que je vous avais écrit, c'était en tant que Terrien mais, depuis, nous sommes bel et bien devenus des « Martiens » d'adoption.

Le premier sol de la mission a été relativement tranquille. Pas d'EVA (Extra-Vehicular Activity, ou une sortie en dehors du Hab, avec une combinaison de simulation), pas d'expériences... Juste des activités collectives pour renforcer notre cohésion et beaucoup d'entretien du Hab. Nous avons notamment réparé le générateur électrique, qui avait été capricieux dans les jours précédents le début de la simulation. Nous avons changé le filtre à huile et surtout ladite huile, qui ressemblait plus à de la boue qu'à de l'huile de moteur 100 % vierge extra. Depuis, plus de calage, ni de perte de puissance. Nous touchons du bois ! Après plusieurs jours sur base, nous avons les installations bien en main, et chacun s'accommode de son rôle et de ses responsabilités. Le Soleil brille, le moral est au plus haut et les températures sont positives.

 

Première EVA.

Le second sol de la mission a été celui de notre première EVA. Le matin, Arno, David et Ilaria sont sortis équipés de combinaisons de simulation, pour vérifier toutes les installations et faire le plein des rovers. De mon côté, je suis resté dans le Hab, avec John, pour cuisiner le déjeuner et préparer les nombreuses expériences que nous avons à faire. Au cours de cette première sortie que je n'ai pu photographier, la ventilation du scaphandre d'Arno a connu des défaillances. Sans danger pour lui mais il s'est du coup retrouvé avec beaucoup de buée sous son casque. Nous avons donc passé une partie de l'après-midi à démonter et nettoyer l'intérieur de son backpack pour tout remettre en place. Le reste de la journée a été assez commun, avec des réunions, des études de sciences humaines et des exercices de méditation et de team building. Après une accalmie, la météo est repartie vers le bas. Il faut dire que nous sommes à la veille de l'hiver. On annonce ainsi du vent pour demain, voire des chutes de neige (et oui, il peut apparemment neiger sur Mars...). Mais pas de quoi entamer notre détermination et notre optimisme !

 

Grande diversité.

Le troisième sol de la mission a été celui de ma première EVA (la seconde de la mission donc). Après un réveil à 7 heures (comme c'est le cas tous les jours), nous avons pris notre petit-déjeuner. Puis, j'ai enfilé X-1 avec l'aide de mes coéquipiers. II me faut préciser pour le lecteur que X-1 est un prototype de combinaison de sortie martienne qu'Arno, cinq camarades de promotion et moi-même développons depuis désormais un an et demi. Il a la particularité d'être basé sur un torse rigide imprimé en 3D, ce qui facilite les réparations et permet de le réparer sur place. Il est la principale raison pour laquelle nous avons décidé de participer à cette mission car nous avions besoin de faire des essais dans un environnement le plus proche possible de Mars pour l'évaluer. Avec Arno dans une combinaison blanche, faite par nos amis de l'association Planète Mars, et avec David, nous avons donc fait une sortie très courte qui consistait à remplir notre réservoir d'eau principal, vérifier nos niveaux de propane et checker notre générateur. Cette sortie a été concluante pour X-1 : pas de casse pendant le transport depuis la France ; tout fonctionne comme prévu. Nous allons pouvoir commencer les vrais essais de terrain dès demain...

Après ce court bout d'EVA, j'ai changé de tenue au profit d'une combinaison de simulation de la base. Nous sommes sortis avec Ilaria et David pour une grande boucle à pied dans le désert. Les paysages autour de la base sont magnifiques et d'une rare diversité. Le lit d'une rivière asséchée devient un ensemble de roches saillantes, puis une succession de petites dunes de sable en seulement quelques centaines de mètres. C'est bête à dire mais oui, on se croirait sur Mars ! Au cours de la sortie, nous avons notamment repéré des endroits intéressants pour y tester X-1 au cours des jours à venir.

 

Mars la Blanche.

Si la neige nous a finalement épargnés la nuit dernière, le vent s'est levé sur MDRS ce soir. C'est une vraie tempête de poussière dehors. En tout cas, ça fait d'autant plus plaisir d'être enfermés à l'abri dans le Hab.

Le quatrième sol a été celui des éléments : premier jour de l'hiver et premières chutes de neige ! Cela faisait plusieurs jours que les services météo américains l'annonçaient et les nuages ont fini par leur donner raison. Nous nous étions couchés sur Mars la Rouge et voilà que nous sommes sur la moins connue Mars la Blanche. Je devais normalement rester dans le Hab et guider mes camarades par radio, à la recherche de cibles placées dans le désert la veille (une expérience sur la collaboration contrôle/astronaute), mais la neige ayant recouvert les cibles, c'était tout de suite devenu moins intéressant... Du coup, changement de programme : j'ai enfilé X-1 et, avec Arno et John, nous sommes sortis sous les flocons pour un test de terrain. Un vrai ! Au programme, un bon kilomètre de marche sur différents sols : plat, rocheux, sédimentaire, plus ou moins pentu et escarpé... La neige avait recouvert l'essentiel du paysage et elle volait au ras du sol, nous fouettant le visage (ou plutôt la visière). Sur l'échelle de Matt Damon, c'était bien plus Interstellar que Seul sur Mars. La combinaison s'en est bien tirée, ce qui est prometteur pour la suite et va nous permettre d'enchaîner demain (si le temps le permet) sur des essais de prélèvements d'échantillons géologiques.

L'après-midi, au milieu de nos « reports » quotidiens, nous avons été les cobayes de plusieurs études psychologiques, car l'enfermement est un facteur clé pour les futures missions martiennes. Nous avons également fait de la musculation et préparé des modèles en gel pour l'expérience de John. Au moment où je finis d'écrire ces lignes, je m'apprête à vérifier si eau+farine+sel+beaucoupdebeurreenpoudre = pâte pour une tarte aux pommes réhydratées. Sans doute l'expérience la plus importante de la mission !

A très vite sur les ondes. »

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.