Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Avions de combat Actualité Défense Actualité Industrie

Japon : le développement du F3 pourrait être reporté

L'ATD-X, soit le démonstrateur du F-3, risque de ne pas connaître de développement. © DR

Avec des coûts de développement qui risquent très fortement de s'envoler, au moment ou le Japon est confronté aux menaces aussi bien nord-coréennes que chinoises, l'avenir du programme F-3 est fortement remis en cause.

Le Japon pourrait très probablement reporter le développement de son nouveau chasseur F-3 aux calendes grecques, tandis que le gouvernement s'intéresse de très près aux nouveaux équipements américains tels que les intercepteurs de missiles balistiques et l'acquisition de nouveaux F-35.

Le Japon doit améliorer ses défenses sur deux fronts, car le pays du soleil levant est à la fois confronté à une menace militaire croissante de la part de la Corée du Nord et à une activité exponentielle des jets de la force aérienne chinoise au-dessus de la Mer de Chine orientale -cette année, les chasseurs japonais ont décollé pas moins de 806 fois pour intercepter les appareils chinois-.

Tout retard concernant le développement du nouveau chasseur F-3 pourrait alors remettre en question le programme dont le coût et le déploiement est estimé à hauteur de 40 Md $. Cette somme faramineuse est considéré par certains experts japonais comme n'étant que ce qui est qualifié de coûts initiaux.

L'ATD-X, soit le démonstrateur du F-3, constitue la première étape vers le chasseur furtif japonais. Sa conception a nécessité aux alentours des 350 M $, mais l'appareil n'a pour l'instant ni système d'armes, ni capteurs ni radar.

Ce qui explique qu'en ce qui concerne le F-3, une collaboration internationale a été envisagée, afin de partager les coûts mais également de s'appuyer sur des technologies déjà disponibles à moindre coût à l'étranger. Parmi les partenaires industriels, BAE Systems, Lockheed Martin et Boeing se sont montrés intéressés.

Mais avec des coûts de développement estimés à 40 Md $ et un budget de la défense à 50 Md $ qui ne s'accroit que d'à peine 1% par an, même lissées sur plusieurs années, les dépenses liées au développement du F-3 représentent un risque majeur pour la défense japonaise, surtout à une période ou le pays effectue des commandes record d'équipement américain par le biais de la procédure FMS (Foreign military sales).

En 2013, elles se situaient à hauteur d'1 Md $, depuis elles ont quadruplé pour atteindre les 4 milliars de dollars. Difficile en ces conditions de lancer un programme risqué alors que des technologies de défense au moins similaires et/ou comparables peuvent être acquises à l'étranger.

 

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.