Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Avions de combat

F35 : Manque de fiabilité lors de l'évaluation sur l'USS Wasp

Selon un récent rapport les six F-35B qui ont été évalués sur l'USS Wasp ont eu une disponibilité particulièrement basse et un manque évident de fiabilité. © USMC

Le F-35B du corps des marines a fait preuve d'un manque évident de fiabilité lors de sa campagne d'essais s'étalant sur une durée de 12 jours sur l'USS Wasp, un bâtiment d'assaut amphibie. C'est en tous cas ce qu'à récemment déclaré Michael Gilmore, directeur des essais opérationnels du département américain de la défense. 

 

Les six F-35B utilisés lors de cette campagne d'essais en mer n'ont pu en conséquence effectuer que la moitié du nombre d'heures de vol initialement programmé. "La maintenance va être confrontée sous peu à des défis significatifs" a commenté Michael Gilmore, qui a toutefois ajouté que les marines ont eu un accès rapide et aisé aux pièces détachées situées à terre et que le personnel de Lockheed s'est révélé d'une aide précieuse. 

 

Mais, en dépit de ces avantages, "le manque de fiabilité s'est révélé être si contraignant qu'il a été très difficile pour les marines de garder plus de deux ou trois jets à bord du vaisseau en état de vol quel que soit la journée concernée. Le maintien en conditions de vol sera évidemment plus difficile lorsque l'appareil sera déployé pour la première fois en conditions opérationnelles", a ajouté Michael Gilmore.

 

Ces propos font sute à une évaluation officielle qui tombe au plus mauvais moment, puisque l'appareil est censé être déclaré prêt pour des opérations au combat, l'IOC ou capacité opérationnelle initiale. L'un des porte-parole du corps des marines a déclaré de son côté que la disponibilité de l'appareil était de 65 %. "Bien que le rapport soit dans les faits exact, le corps des Marines ne partage pas la totalité des conclusions et des opinions qui y sont mentionnés", a-t-il ajouté.

 

Michael Gilmore estime qu'un taux de disponibilité de 80% sera nécessaire en opérations pour une patrouille composée de six appareils. Les marines estiment de leur côté que ce taux sera atteint à partir du moment ou suffisamment de fonds seront alloués pour les pièces détachées.

 

Reste que la déclaration de capacité opérationnelle initiale a cinq ans de retard, puisque dans le calendrier initial  qui fut établi en 2001, elle aurait du se tenir en avril 2010. Les premiers retards eurent pour origine la réduction de masse de l'appareil, ses problèmes relatifs à son système propulsif et sa fiabilité.

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.