Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Transport spatial

De nouveaux caps pour les moteurs d’Ariane 6

Premier essai à feu du Vulcain 2.1 d'Ariane 6, le 22 janvier 2018. © ArianeGroup

A deux ans du premier vol du nouveau lanceur lourd européen, son maître d’œuvre salue le bon avancement de la mise au point de la propulsion, avec trois événements importants intervenus cet été.

Outre le tir au banc effectué en Guyane le 16 juillet avec le futur propulseur à poudre P120C, ArianeGroup a franchi deux étapes clé cet été sur le site d’essais du DLR à Lampoldshausen (Allemagne), dans le développement des moteurs d’Ariane 6.

 

6 315 secondes de fonctionnement cumulé en 12 essais.

D’une part, la première campagne d’essais du moteur de développement M1 du Vulcain 2.1 (qui équipera le premier étage du lanceur) a pris fin le 9 août, après 12 essais sur le banc P5. Cela porte à 6 315 secondes la durée totale de fonctionnement cumulé en essais, soit 105 minutes et 15 secondes, ou une moyenne de 8 minutes et un peu plus de 46 secondes par essai.

D’ici la fin de l’année, le moteur M1 doit être reconfiguré, pour être cette fois testé sur le banc PF50 du site ArianeGroup de Vernon, tandis qu’à l’automne un second moteur de développement M2 doit démarrer sa campagne d’essais à Lampoldshausen.

Après la qualification du Vulcain 2.1, dès 2019, le moteur du vol inaugural d’Ariane 6 sera intégré sur l’étage principal, sur le site ArianeGroup aux Mureaux.

 

Validation de la capacité de réallumage du Vinci.

D’autre part, la campagne de développement/qualification en condition de vide spatial du moteur ré-allumable Vinci (qui équipera l’étage supérieur d’Ariane 6) s’est achevée le 24 juillet sur le banc P4.1. Elle a permis de démontrer la capacité du moteur à réaliser quatre réallumages successifs sur une durée de 360 secondes.

Les essais avec ce même moteur de qualification reprendront à partir du mois d’octobre, cette fois sur le site ArianeGroup de Vernon, dans l’Eure.

Puis, dès 2019, un moteur neuf sera intégré sur l’étage supérieur de la première Ariane 6 de vol (qui doit s’envoler de Guyane le 16 juillet 2020), sur le site ArianeGroup de Brême, en Allemagne, dans une configuration identique à celle du moteur d’essai.

 

Promesses tenues.

« Cet été 2018 a été particulièrement dense et positif pour la propulsion d’Ariane 6 : finalisation des essais de développement du moteur Vinci, déroulement optimal des essais du Vulcain 2.1 et premier test au banc du booster P120C, a déclaré Alain Charmeau, président exécutif d’ArianeGroup. Je voudrais mettre en lumière un élément significatif : ces essais réussis couvrent tous les systèmes de propulsion de la future Ariane 6. Ils démontrent, à deux ans du premier vol, que la mise au point de la propulsion se déroule de manière optimale, alors qu'elle constitue un élément essentiel de la performance, de l’efficacité et de la compétitivité du futur lanceur […] L’industrie européenne tient ses promesses. »

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.