0
Défense
Volfa-Athena : L'armée de l'Air au soutien des opérations spéciales
Volfa-Athena : L'armée de l'Air au soutien des opérations spéciales
© Emmanuel Huberdeau

| ehuberdeau

Volfa-Athena : L'armée de l'Air au soutien des opérations spéciales

Quand on pense à l'implication de l'armée de l'Air dans les opérations spéciales, on pense en premier lieu aux unités labélisées Forces Spéciales. Le commando Parachutiste de l'Air n°10 (CPA10), l’escadron de transport 3/61 Poitou et l'escadron d'hélicoptères 1/67 Pyrénées sont les trois unités de l'armée de l'Air placées sous le commandement opérationnel du COS (Commandement des opérations spéciales). Leur implication dans les opérations spéciales est donc constante. Le tiers du personnel de ces unités est en permanence engagé en opération. Pourtant sur une opération spéciale, 30% du personnel déployé par l'armée de l'Air appartient à une unité conventionnelle.

A ce personnel il faut ajouter l'ensemble des moyens qui peuvent être ponctuellement engagés en appui de ces opérations très particulières. Au final, l'ensemble des capacités de l'armée de l'Air peuvent être mise aux services des forces spéciales pour apporter un soutien logistique, des capacités de conduite et de commandement, du renseignement ou encore un appui aérien.

En partant de ce constat, l'armée de l'Air a décidé de coupler cette année, pour la première fois deux de ses exercices majeurs. L'un concernant les forces conventionnelles, Volfa, l'autre concernant les forces spéciales Air, Athena.

L'exercice Volfa est  l'un des plus importants exercices de l'année pour les aviateurs français. En cette période d'engagement intense en opération extérieure, la préparation est devenue un enjeu majeur. Il faut optimiser les temps d'entrainement pour ne pas perdre les savoirs faire qui ne sont pas employés dans les conflits actuels. L'exercice Volfa, qui se déroule deux fois par an, vise à concentrer, sur une période limitée, un grand nombre de moyens afin de travailler la capacité de la force aérienne française à entrer en premier sur un théâtre non permissif. C'est à dire d'intervenir seul, au moins dans un premier temps, face à un ennemi armé de moyens de dénis d'accès modernes (Moyen de défense sol-air, contremesures électroniques...). Pour cette première édition de l'année 2017, 26 chasseurs français et 10 chasseurs danois, quatre appareils de transport , un drone Harfang, un Awacs et trois batteries de défense sol-air ont été impliqués.

Athena est un exercice de certification opérationnel organisé par les forces spéciales Air. Il vise à préparer les trois unités des forces spéciales de l'armée de l'Air au niveau tactique et au niveau opératif avant un déploiement en opération. Comme Volfa, cet exercice a lieu deux fois par an. En ce début d'année, les moyens aériens impliqués comprenaient deux Caracal, une Gazelle de l'armée de Terre et un C-130.

Lier les deux exercices est apparu comme une évidence car les opérations spéciales ont souvent lieu en marge d'opérations conventionnelles. L'exercice Athena trouve donc sa place logiquement au côté de Volfa. Les moyens conventionnels peuvent ainsi être facilement détachés au profit de l'entrainement des forces spéciales.

Retrouvez plus d'informations sur l'implication de l'armée de l'Air dans les opérations spéciales ce vendredi dans Air & Cosmos (En version papier et numérique).

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription