1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Applications

0
Couverture
© NASA
17/01/2018 09:20 | Par Pierre-François Mouriaux

Une nouvelle année chargée pour l'Europe spatiale

Neuf missions notables sont au programme de l'année 2018 pour l'Agence spatiale européenne, sans oublier les nombreux programmes de développement qui se poursuivent.

D'un montant de 5,6 Md€, le budget 2018 de l'ESA se répartit principalement en sept domaines traditionnels : observation de la Terre (26 %), transport spatial (19,8 %), navigation (14 %), vols habités (13,1 %), programmes scientifiques (9,2 %), télécommunications et applications intégrées (4,9 %) et support technologique (3,2 %). Mais accorde désormais des ressources à la sécurité et la surveillance des dangers spatiaux, tels que les débris ou les irruptions solaires (0,4 %).

L'année va démarrer le 27 janvier avec le lancement du satellite de télécommunications Hispasat 36W-1 et sera marquée par 8 autres missions de premier plan : la poursuite du déploiement de satellites de la famille Copernicus au deuxième trimestre (Sentinel 3B, à l'aide du lanceur russe Rokot), le départ en juin vers la Station spatiale internationale de l'Allemand Alexander Gerst (mission Horizons), la mise à poste de quatre nouveaux satellites de navigation Galileo durant l'été par une Ariane 5 ES, l'envoi des missions d'observation de la Terre ADM Aeolus (sur Vega) et Metop C (sur Soyouz 2.1b) en septembre-octobre, le départ en octobre vers la planète Mercure de la sonde BepiColombo (sur Ariane 5 ECA) et les lancements du bras robotique ERA (sur Proton DM) et du satellite de télécommunications EDRS C (sur Ariane 5) à la fin de l'année.

Notons notamment que la mission Horizons sera l'occasion pour l'astronaute allemand Alexander Gerst de prendre le commandement de l'ISS, 9 ans après son collègue belge Frank De Winne, tandis que le laboratoire européen Columbus fêtera ses 10 ans de service sur orbite. Notons également que le module de service EPM du vaisseau Orion sera expédié vers le Centre spatial Johnson de la Nasa fin juin. Par ailleurs, à l'occasion du Salon ILA de Berlin en avril, une nouvelle présentation des résultats de l'observatoire stellaire Gaia sera effectuée.

 

Nombreuses tâches de fond.

En parallèle à cet agenda chargé, l'ESA poursuit le développement de plusieurs programmes d'exploration (Cheops, James Web Space Telescope, Solar Obiter, Euclid et Lisa) ou innovants dans ses différents domaines d'activité –en particulier la préparation des nouveaux lanceurs Ariane 6 et Vega, ainsi que leurs évolutions, à l'image de la petite navette récupérable Space Rider. Le directeur général Jan Woerner continue également de défendre sa vision de village lunaire auprès de tous les acteurs potentiels, institutionnels ou privés, à travers le monde.

Avec désormais 18 centre d'incubation dédiés (Business Incubation Centers) à travers l'Europe, l'ESA soutient par ailleurs plus de 150 startups impliquées dans le transfert des technologies et du savoir-faire issus du domaine spatial vers le non spatial.

Agence spatiale européenne ESA Jan Woerner Perspectives 2018

Répondre à () :

| Connexion | Inscription