0
Espace
Une ancienne astronaute touche le fond… du Pacifique
Une ancienne astronaute touche le fond… du Pacifique
© EYOS Expeditions

| Pierre-François Mouriaux

Une ancienne astronaute touche le fond… du Pacifique

La géologue américaine Kathryn Sullivan est devenue la première femme au monde à atteindre « Challenger Deep », à plus de 10 900 m de profondeur.

Une carrière bien remplie

Sélectionnée en 1978 parmi les premières femmes du corps d’astronautes de la Nasa, la géologue et océanographe navale Kathryn Sullivan était une première fois entrée dans l’histoire le 11 octobre 1984, en réalisant la première sortie extravéhiculaire féminine américaine.D’une durée de 3 heures et 29 minutes, elle s’est déroulée à l’extérieur de la navette Challenger, lors de la mission STS-41G.

Elle avait ensuite effectué deux autres vols spatiaux, en avril 1990 (mission STS-31/Discovery) et mars-avril 1992 (mission STS-45/Atlantis), avant de quitter la Nasa en 1993 pour rejoindre la Noaa, l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique.

Elle en fut la scientifique en chef, puis l’administratrice sous l’administration Obama (entre mars 2013 et janvier 2017), en même temps que sous-secrétaire au Commerce pour les océans et l'atmosphère.

 

Objectif Mariannes

A 68 ans, Kathryn Sullivan a ajouté à son palmarès une plongée en sous-marin à 10 925 m sous le niveau de la mer, aux côtés de l’investisseur et explorateur américain Victor Vescovo (54 ans) : les 7-8 juin (journée mondiale des océans), à bord de l’insubmersible biplaces Limiting Factor, ils ont rejoint « Challenger Deep », le point le plus profond jamais mesuré dans les océans, situé à l'extrémité sud de la fosse des Mariannes, à proximité des îles du même nom.

L’ancienne astronaute est ainsi devenue la première femme et la huitième personne au monde à effectuer cet exploit, réalisé pour la première fois en janvier 1960 par l'océanographe suisse Jacques Piccard et le lieutenant de la marine américaine Don Walsh.

A leur retour à la surface, Kathryn Sullivan et Victor Vescovo ont pu s’entretenir par téléphone avec les occupants de la Station spatiale internationale pour comparer leurs expériences.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription