0
Défense
Un Noratlas rappelé sous les drapeaux pour combler le déficit d'avion ! (MàJ) © DR

| Jean-Marc Tanguy

Un Noratlas rappelé sous les drapeaux pour combler le déficit d'avion ! (MàJ)

 

Dans les années 60, la scène était fréquente : des parachutistes du 1er RPIMa (régiment de parachutistes d'infanterie de marine) de Bayonne montaient dans des avions Noratlas 2501 pour des sauts d'entrainement et de formation.

Sauf que cette même scène se déroule actuellement! Le Noratlas n°105, qui a volé la première fois en 1956 et soigneusement préservé par une association de Marignane (qui l'a fait classer monument historique), a décollé, pendant trois jours, depuis l'aéroport civil de Biarritz-Parme pour des missions d'entrainement de jeunes para ! Les sticks faisaient une trentaine d'hommes à chaque fois, soit la capacité qui est offerte, aujourd'hui, par l'A400M Atlas...
Le recours à un avion historique pour de l'entraînement courant est sans précédent. Comme le n°105 a l'âge de ses artères, un composant a même dû être envoyé de Marignane, par la ligne régulière Marseille-Biarritz, pour permettre de continuer les vols.


Il faut dire que les parcs transport de l'armée de l'air sont sous tension. Les C-130 ont des soucis de turbines T-56, et les Transall sont très peu disponibles, l'âge pesant. Quant aux Casa, ils sont très déployés, avec cinq nouveaux avions à l'étranger depuis 2013 (trois au Sahel, deux à la Réunion) alors que l'Atlas n'offre des capacités de largages pour l'instant très limitées, tandis que le nombre d'appareils est notoirement trop faible.

MàJ : Ces trois jours de sauts de cohésion (à une cadence de trois vols à 30 passagers par jour, soit 270 sauts) représentent un total peut-être un peu trop élevé pour une "passation de commandement", comme cela a été mentionné par certains de nos confrères, même si d'anciens SAS figurent parmi les paras qui sautent du Noratlas...

 

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription