0
Espace
Un an après la destruction du satellite indien Microsat R
Un an après la destruction du satellite indien Microsat R
© Sattrackcam

| Pierre-François Mouriaux

Un an après la destruction du satellite indien Microsat R

Il reste encore des traces de l’exercice indien de destruction volontaire d’un satellite sur orbite effectué le 27 mars 2019.

Consternation internationale

Il y a un peu plus d’un an, dans le cadre de la mission Shakti (Puissance ou Force, en sanskrit), l’Inde procédait à son tour à un exercice de destruction volontaire d’une charge utile : le satellite Microsat R (740 kg au décollage), placé le 24 janvier précédent à une altitude de 285 km, était frappé par un missile antisatellite Prithvi Defence Vehicle (PDV) Mark-II, 3 minutes après le lancement de ce dernier.

La communauté internationale avait sévèrement condamné l’exercice, tandis que l’Inde garantissait que tous les restes du satellite auraient disparu au bout de 45 jours.

 

Suivi attentif

La destruction de Microsat R a généré quelques 270 débris détectables depuis le sol, et l’évolution des 125 plus gros d’entre eux a pu être suivie régulièrement.

Selon les données du centre d’observation amateur SatTrackCam de Leiden, aux Pays-Bas, il a fallu 121 jours pour que la moitié des débris rentre dans l’atmosphère, et quelques 200 jours pour qu’il n’en reste plus que 25 %.

Le 27 mars dernier, un an après l’explosion, 9 des plus gros morceaux (soit 7 %) étaient toujours sur orbite.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription