0
Avions de combat

| JBH (JBH)

Trou d'air pour les compagnies turques

MARCHÉ LE CONTEXTE GÉOPOLITIQUE ACTUEL DU PAYS PLOMBE LES CHIFFRES DU SECTEUR DU TRANSPORT AÉRIEN, QUI ÉTAIT POURTANT AUPARAVANT DANS UNE BONNE DYNAMIQUE.

Mauvaise passe pour le secteur du transport aérien turc. Les attentats de l'aéroport d'Istanbul, survenus le 28 juin 2016 et qui ont fait 45 morts, ont achevé de créer un climat d'insécurité qui s'est accru depuis un an,avec la perpétration d'une quinzaine d'attentats ayant fait plus de 200 morts et des centaines de blessés. Parallèlement, le coup d'Etat manqué de la mi-juillet contre le président turc Recep Erdogan a été suivi d'une reprise en main extrêmement musclée des forces gouvernementales, dont on ne sait pas dire quand elle va s'achever.

Dans ce contexte, il était prévisible que la fréquentation touristique connaisse un véritable coup d'arrêt.Selon les statistiques communiquées par le ministère turc du Tourisme, le nombre d'étrangers en visite en Turquie a reculé de 36,7 % en juillet par rapport au même mois de 2015, à 3,47 millions d'arrivées aux frontières. Une très forte désaffection qui se ressent aussi dans les résultats des deux principales compagnies aériennes turques : Turkish Airlines et Pegasus Airlines.

RÉDUCTION DE VOILURE.Le premier transporteur du pays a ainsi annoncé une perte de 644 M$ (578,3 M€) pour les six premiers mois de l'année en cours et a dû revoir à la baisse sa prévision de trafic pour l'ensemble de l'année à un peu plus de 63 millions de passagers, contre un objectif de plus de 72,4 millions de passagers visé en début d'année 2016. Le taux de remplissage moyen a aussi décroché,passant de 78 % l'année dernière à 72-74 % pour l'année en cours. La recette unitaire par passager devrait, elle, reculer de 5 à 7 %. La première répercussion de ces mauvais résultats semestriels va être un programme hiver fortement revu à la baisse pour la principale compagnie turque,notamment vers la province française. Si elle maintient ses quatre vols quotidiens Paris-Istanbul,elle ne proposera plus cet hiver que douze vols hebdomadaires vers Lyon (contre quatorze auparavant),cinq fréquences hebdomadaires vers Marseille et Nice (contre dix et huit vols par semaine auparavant), quatre vols hebdomadaires vers Toulouse (au lieu de sept).La desserte Bordeaux-Istanbul (quatre vols par semaine) est suspendue.

Du côté de la low cost Pegasus Airlines, en fort développement ces dernières années,le coup d'arrêt est aussi important.Sur les six premiers mois de l'année 2016, la compagnie à bas tarifs a aggravé sa perte à près de 203 millions de livres turques (61,5 M€), contre une perte de 42,2 millions de livres turques sur la même période l'année précédente (12,8 M€). Côté trafic, Pegasus Airlines a néanmoins réussi à préserver une croissance de 8,8 %,avec 13,4 millions de passagers transportés. Le chiffre d'affaires semestriel de la compagnie low cost est aussi en hausse de 5 %, à 1,49 milliard de livres turques (450 M€). ¦ JBH

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription