0
Défense

Trois premières

CHINE A L'OCCASION D'UN MÊME LANCEMENT, LA CHINE A INAUGURÉ é un nOuveAu CenTre de lAnCemenT, miS en ServiCe un nOuveAu lAnCeur lOurd eT TeSTé É UNE NOUVELLE CAPSULE DE RENTRÉE POur leS vOlS hAbiTéS.

La Chine dispose désormais d'un nouveau lanceur lourd, le Longue Marche 7 (LM-7, également appelé CZ-7). Haut de 53,1 m et lourd de 595 t, il constitue aujourd'hui (en attendant le Longue Marche 5 *) le lanceur le plus puissant de la flotte chinoise, capable de placer 13,5 t sur orbite basse,et 7 t vers l'orbite de transfert géostationnaire. Notamment conçu pour embarquer les cargos de RAVITAILLEMENTTIANZhou de la future station spatiale CHINOISETIANGONG 2 (dont le lancement est attendu d'ici l'automne), il remplace la famille Longue Marche 3, utilisée entre janvier 1984 et juin 2000. Dans une optique de rationalisation, il utilise des éléments communs avec les deux autres nouveaux lanceurs chinois, le LM-6 (entré en service en septembre dernier) et le LM-5.Tous sont équipés de nouveaux moteurs fonctionnant avec du kérosène et de l'oxygène liquide,des ergols plus performants et moins chers, mais également moins dangereux et plus propres que l'hydrazine jusqu'à présent utilisé sur les moteurs chinois. Dans sa configuration de base, LM-7 comporte deux étages avec quatre propulseurs d'appoint.

Pour son vol inaugural, LM-7 était équipé d'un étage supérieur RÉéallumable YUANZHENG 1A (YZ-1A), version améliorée du quatrième ÉéÉTAGEYZ-1 utilisé sur les LM-3B et 3C. Doté d'un nouveau système de contrôle thermique et de nouveaux algorithmes de guidage,YZ-1A est désormais capable de fonctionner durant quarante-huit heures (contre 6,5 heures auparavant) et d'être remis en service à neuf reprises (contre deux),ce qui lui permettra de placer jusqu'à sept satellites sur des orbites différentes lors d'une même mission.

UN QUATRIÈME PAS DE TIR. LM-7 a été lancé le 25 juin à 12 heures UTC depuis le pas de tir n° 2 du nouveau centre de lancement de Wenchang, construit entre septembre 2009 et novembre 2014. Il a été installé sur la côte nord-est de l'île de Hainan, une île tropicale touristique située au sud de la Chine, non loin des côtes vietnamiennes. Il remplace un ancien centre de fusées sondes, et s'ajoute aux trois centres de lancements Jiuquan (mis en service en 1958), Taiyuan (1968) et Xichang (1984). Il dispose aujourd'hui de deux pas de tir.

Le site de Wenchang a longtemps été considéré vulnérable en cas d'attaque extérieure, et son climat tropical jugé rédhibitoire. Mais les temps ont changé, la Chine entend désormais davantage peser sur le marché des lancements de satellites commerciaux, et les lanceurs LM-7 et 5 ont été conçus pour résister à des pluies modérées et des vents plus importants que sur les autres sites.

Le nouveau centre dispose dès lors de deux atouts majeurs. Tout d'abord, sa latitude méridionale (19,38° N) accroît mécaniquement de 7,4 % la performance des lanceurs pour des missions GTO par rapport à Jiuquan. Ensuite, sa situation en bord de mer limite les risques pour les populations avoisinantes, et permet le transport par voie maritime de lanceurs à grand diamètre tels que le LM-5 (5 m). Ceux-ci sont construits dans de nouvelles installations situées près du port de Tianjin (nordest du pays), et leur transport par rail jusqu'aux autres centres de lancement s'avère impossible, du fait d'un écartement des rails trop étroit… Autre signe de changement d'époque, des dizaines de milliers de touristes ont pu assister au lancement du 25 juin. On parle même de la construction d'un parc d'attraction sur le thème de l'espace et d'un complexe hôtelier à proximité du centre de lancement… CAPSULE DE NOUVELLE GÉNÉRATION. La charge utile du premier vol du LM-7 était la version réduite d'une nouvelle capsule de rentrée atmosphérique destinée à la prochaine génération des vaisseaux habités chinois. D'une hauteur de 2,6 tonnes pour un diamètre de 2,6 m, la maquette a été éjectée après 603 secondes de vol, sur une orbite comprise entre 200 et 394 km d'altitude. Elle est revenue se poser le 26 juin à 7 h 41 UTC dans le désert de Badain Jaran (Mongolie intérieure), non loin du centre de Jiuquan, après une mission de près de vingt heures. Elle emportait notamment une antenne, qui devait permettre de maintenir le contact radio durant toute la phase de rentrée, et a effectué la traversée de l'atmosphère dans la position inhabituelle du cône vers l'avant.

Quatre autres petits satellites expérimentaux placés sur orbite basse par le LM-7 sont toujours sur orbite.

* CZ-5 pourra emporter jusqu'à 25 t en GTO. Son premier vol est attendu en septembre prochain.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription