1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Espace

0
Couverture
© Ben Cooper
05/07/2019 10:03 | Par Pierre-François Mouriaux

Test concluant pour la capsule américaine Orion

Chaque fin de semaine, une photo qui a fait l’actualité ou retenu notre attention. Le 2 juillet, la Nasa a testé le système d’abandon en vol de son futur lanceur habité, sous l’œil du photographe américain Ben Cooper.

Dans le calendrier très serré de retour sur la Lune américain, l’essai qui s’est tenu mercredi dernier constituait un jalon particulièrement critique pour la Nasa : il s’agissait d’éjecter la cabine Orion (qui surmontera le superlanceur SLS dans le cadre du programme Artemis à partir de juin 2020) en phase maximale d’accélération du lanceur (Max Q), comme si celui venait à défaillir et qu’il fallait en éloigner en plus vite la cabine et son équipage. Intervient alors le précieux et puissant système d'interruption d'urgence du lancement LAS (Launch Abort System), développé par Northrop Grumman.

Cet essai, appelé AA-2 (Ascent Abort-2), était le deuxième et dernier du programme, après une simulation d’abandon depuis la rampe de lancement PA-1 (Pad Abort-1), réalisée le 6 mai 2010. Soit il y a plus de… neuf ans.

 

Pas d’équipage… ni de parachute.

L’essai a démarré à 11 heures UTC depuis le pas de tir LC-46 de la base de Cape Canaveral, en Floride, à l’aide du premier étage de Minotaur 4, un ancien missile intercontinental reconverti. Son coût est évalué à 256 M$.

Comme prévu, la capsule (inhabitée) a correctement été arrachée de son étage propulsif après 50 secondes de vol, à environ 9,5 km d’altitude. Elle a gagné plus de 3 km en 15 secondes , puis elle retombée en mer… à la vitesse d’environ 500 km/h, n’ayant pas été équipée de coûteux parachutes, par ailleurs testés à plusieurs reprises.

Près de 900 capteurs (accélération, pression, température…) avaient été installés à bord d’Orion pour l’occasion.

 

Comme il y a cinquante ans.

Pour sauver l’équipage en cas de problème grave au décollage, les cabines du programme lunaire Apollo étaient équipées d’un système équivalentinspiré par les sièges éjectables des avions supersoniques : la tour de sauvetage LES (Launch Escape System).

Un article lui est consacré dans notre numéro hors-série « L’homme est sur la Lune ! », en kiosques depuis le 14 juin.

 

Cette vue du début du test AA-2 présentée ici a été réalisée par le photographe américain Ben Cooper.

Avec son aimable autorisation.

NASA Test Orion Artemis Lune

Répondre à () :

| Connexion | Inscription