2
Les Dossiers d'Air&Cosmos
Retour sur la mission ExoMars 2020
Retour sur la mission ExoMars 2020
© DR

| Pierre-François Mouriaux

Retour sur la mission ExoMars 2020

L’astromobile de la mission ExoMars 2020, qui doit être lancée en direction de la planète rouge, sera opérée depuis un centre de contrôle dédié, basé à Turin : le ROCC. Reportage.

Détecter des traces de vie

Son objectif est de déposer une plateforme et une astromobile sur la surface martienne, afin de détecter des traces de vie, grâce notamment à une foreuse capable de creuser à une pro- fondeur de 2 m sous la surface de la planète et reliée à un mini-laboratoire embarqué appelé Analitic Laboratory Drawer, avec son instrument scientifique appelé Pasteur. L’envoi d’un robot mobile constitue une première pour l’Europe et la Russie, dont les précédentes tentatives d’at- terrissage sur Mars ne s’étaient pas révélées heureuses **, tandis que la mission ExoMars 2020 s’avère être la première au monde uniquement dédiée à la recherche de traces de vie, passées ou futures, d’où une extrême précaution dans sa préparation et une propreté parfaite des équipements embarqués........

Visite au ROCC

Afin de gérer tous les aspects de la mission de Rosalind, aussi bien techniques (gestion des déplacements de l’astromobile) que scientifiques (en particulier la définition des endroits où forer), un centre de contrôle dédié a été installé à quelques encablures de l’usine de Thales Alenia Space, au sein d’un large bâtiment de sa filiale Altec **** : le ROCC (Rover Operation Control Center). Son inauguration officielle a eu lieu le 30 mai et, à compter de l’arrivée de l’astromobile sur la planète rouge, c’est une centaine de personnes qui vont se relayer pour une surveillance permanente de l’en- gin, mais surtout pour le programmer et commander ses déplacements et ses opé- rations robotiques.

Chaque jour une nouvelle destination

Une fois débarquée sur Mars, l’astromobile se verra assigner chaque jour une nouvelle destination, mais gérera seule la façon d’y parvenir, grâce à un système de navigation autonome embarqué. Le protocole prévoit que Rosalind s’arrête et évalue la situation tous les 2 m, avant de repartir ou de s’immobiliser en cas d’imprévu, en attendant des instructions du sol. Les équipes du ROCC, après avoir reçu les nouvelles prises de vue des caméras panoramiques de l’astromobile, s’emploieront alors à élaborer le scénario permettant de reprendre le cours de la mission, si besoin, avec les équipes d’Airbus Defence and Space à Stevenage s’il s’agit de problèmes relatifs au programme de navigation. Les tests seront menés sur l’arena avant l’envoi de nouveaux ordres à Rosalind......

 

 

 

 

Article complet à (re)découvrir en téléchargeant le fichier ci-dessous.

Répondre à () :


Captcha
Michel Moreau | 21/04/2020 10:28

J'ai hâte de voir ce véhicule évoluer sur Mars !

Quentin | 21/04/2020 16:09

Mais vous êtes sérieux là Air&Cosmos??? La mission Exomars est repoussée en 2022 depuis un moment déjà! C'est quoi cet amateurisme?

| | Connexion | Inscription