0
Défense
Rafale contre Typhoon : l'épreuve des faits © DR

| Guillaume Steuer

Rafale contre Typhoon : l'épreuve des faits

Pas de doute, le « Rafale bashing », pratique qui consiste à dénigrer les vertus de l’avion de combat français, est toujours d’actualité outre-Manche. Dernier exemple en date : dans son édition la plus récente, le magazine Eurofighter World, publié par le consortium industriel, n’hésite pas à affirmer (une fois de plus) qu’au cours de plusieurs combats aériens simulés (DACT), le Typhoon a émergé « presque à chaque fois » avec des « performances significativement supérieures ».

L’affirmation est gratuite et non argumentée. Tout au plus les responsables d’Eurofighter se bornent-ils à citer un pilote de la force aérienne italienne ayant eu « récemment » la chance de s’opposer en combat hors de portée visuelle (BVR) à des Rafale en mer Tyrrhénienne. Dans l'épisode en question, ce sont des Rafale M qui ont été impliqués, début 2012. Et les Marins auraient plutôt tendance à nuancer l'enthousiasme italien, rappelant que les "Pk" (probabilités de coup au but) utilisés pour le calcul des tirs Amraam sont bien plus permissifs que ceux du Mica... Certes, les pilotes français reconnaissent que, dans l'attente du RBE2-AESA, le radar du Typhoon reste supérieur à celui du Rafale en air-air. Mais de là à déclarer une supériorité totale de l'Eurofighter en combat BVR, il y a un grand pas que les équipages français se refusent à franchir, forts de leurs expériences contre l'avion européen.

Quid de la Royal Air Force ? Le dernier exercice en date ayant réellement opposé les deux chasseurs remonte à septembre 2009. A Solenzara, les Rafale de l’EC-1/7 « Provence » infligent une correction sans appel en combat canon (BFM) aux Typhoon britanniques. Bilan: neuf victoires pour une défaite, et encore celle-ci a-t-elle été enregistrée par un tout jeune pilote de Rafale. Peu de temps après, des affrontements hors de portée visuelle (BVR) à deux contre deux donnent des résultats largement favorables aux Rafale, selon des pilotes français ayant participé aux affrontements.

Echaudée, la RAF refuse depuis lors tout affrontement. Lors de la récente visite de deux Typhoon à Saint-Dizier, début mars, les aviateurs britanniques ont refusé purement et simplement de s’opposer au Rafale. Et le 11 mai prochain, date prévue d’une visite des Rafale sur la base de Coningsby, la RAF a fait savoir qu’aucun de ses quatre escadrons Typhoon ne serait disponible pour entraînement… Soit dit en passant, ce refus d’engagement n’a pas empêché les aviateurs anglais de poursuivre leur œuvre de « Rafale bashing » en 2011, allant jusqu’à affirmer à la presse pendant l’opération Harmattan que les chasseurs français étaient incapables d’illuminer eux-mêmes leurs cibles avec la nacelle Damocles. Une mauvaise foi qui jure notablement avec la volonté de rapprochement mise en avant par les états-majors de part et d'autre de la Manche.
 

Ci-dessous, un Typhoon dans la VTH d'un Rafale "Air".

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription