1
Espace
Pluie de premières et de records à Kourou
Pluie de premières et de records à Kourou
© Pierre-François Mouriaux/Air & Cosmos

Pluie de premières et de records à Kourou

Malgré une météo très incertaine, Arianespace a réussi la nuit dernière son sixième lancement de l'année, parvenant à rattraper le retard provoqué par le blocage de la Guyane il y a deux mois.

Tandis que SpaceX, du fait des risques d'orages sur la Floride, se voyait contraint de reporter au samedi 3 juin le départ du Dragon CRS 11 à destination de la Station spatiale internationale, Arianespace a pu procéder le jeudi 1er juin au lancement de la mission VA 237 et ce, dès le début de la fenêtre de tir, soit à 23h45 UTC (20h45, heure de Kourou), malgré une météo également très incertaine sur le Centre spatial guyanais. Il s'agissait de placer sur orbite de transfert géostationnaire les satellites de télécommunications ViaSat 2 et Eutelsat 172B lors d'une chronologie de 41 minutes et 47 secondes.

Ce troisième vol de l'année pour une Ariane 5 ECA a été réalisé 27 jours après la mission VA 236, et 14 jours après la mission VS 17. Il a donc permis de rattraper les cinq semaines de retard provoquées par le blocage de la Guyane en février-mars dernier, le prochain vol d'Ariane 5 étant prévu le 28 juin (avec Inmarsat-S/HellasSat 3 et Gsat 17).

VA 237 a établi plusieurs records ou premières historiques : le lanceur lourd européen augmentait de 128 kg son précédent record de performance (10 865 t de masse embarquée, dont 9 969 kg de masse nette pour les satellites), et signait son 79e succès d'affilée. ViaSat 2 constitue le satellite de télécommunications civil construit par Boeing Satellite Systems le plus performant sur orbite (plus de 300 Gb/seconde). Eutelsat 172B, développé par Airbus Defence and Space, est pour sa part le premier satellite tout électrique européen, le premier lancé par Ariane 5 et, pour l’instant, le plus puissant au monde (13 kW). Enfin, si l’on considère le rapport entre la masse des satellites embarqués et leurs capacités, la mission s’avère certainement comme la plus efficace de toutes.

 

Une nouvelle tradition ?

Les pluies diluviennes qui sévissaient depuis le début de la semaine (et surtout les risques liés à la foudre) n'auront donc pas compromis ce 93e lancement d'une Ariane 5 depuis juin 1996. Peut-être la petite cérémonie organisée la veille du départ par les équipes de Boeing et de ViaSat a-t-elle réussi à conjurer le mauvais sort : en fin de soirée, à l'issue du traditionnel cocktail de bienvenue organisé par Arianespace pour ses clients à l'hôtel des Roches à Kourou, elles sont aller enterrer un couteau à bordure de mer, orienté dans la direction que devrait suivre le lanceur. Ce couteau avait déjà été enterré avant un précédent lancement (réussi), puis récupéré, et devrait désormais porter bonheur au prochain satellite. Mais il n'a pas empêché le léger tremblement qui a été ressenti par la population de la région –mais qui n'a pas été enregistré par des sismographes– vers 3h55 du matin (heure de Kourou) le jour du décollage, un événement qui ne s'était jamais produit depuis 2007 (et qui n'a eu aucun incidence sur le lanceur). Superstitieux s'abstenir...

Répondre à () :


Captcha
Redox.Redox | 03/06/2017 16:18

Chez SpaceX on récupère les lanceurs, chez Arianespace on récupère les couteaux, chacun son délire ! :)

| | Connexion | Inscription