0
Espace
New Shepard persiste et signe
New Shepard persiste et signe
© Blue Origin

| Pierre-François Mouriaux

New Shepard persiste et signe

Blue Origin a de nouveau démontré sa maîtrise de la récupération en vol le 19 juin. Ce quatrième vol consécutif du New Shepard était destiné à éprouver le retour de la capsule en mode dégradé.

Changement de stratégie de communication ou plus grande confiance, Blue Origin avait pour la première fois annoncé la quatrième tentative de récupération d'affilée de son lanceur New Shepard et de sa capsule six places, toujours sans équipage. Le vol était cette fois retransmis en direct sur Internet.

Le décollage était au départ prévu pour le samedi 18 juin, mais a été décalé d'une journée pour remplacer un joint torique qui fuyait sur le lanceur. Il est finalement intervenu le lendemain, après un report de 21 minutes provoqué par des températures trop élevées sur Ia base de West Texas. Un cadeau pour la fête des pères, considère Jeff Bezos.

New Shepard emportait trois expériences réalisées par des étudiants issus de quatre Universités. Après avoir culminé à un peu plus de 101 km d'altitude, le lanceur est revenu se poser en douceur, après 7 minutes et 18 secondes de vol, avec une maîtrise toujours fascinante. « C'était magique », a commenté Ariane Cornell, membre de l'équipe du développement commercial et de la stratégie de Blue Origin.

La cabine, elle, a touché le sol un peu plus violemment, à 35 km/h, au bout de 9 minutes et 55 secondes de vol. Mais elle ne disposait cette fois que de deux parachutes sur trois, l'objectif de ce quatrième essai étant de démontrer la fiabilité du système même en cas de défaillance d'un parachute.

 

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription