1
Espace
Mission réussie pour Pegasus XL
Mission réussie pour Pegasus XL
© NASA TV

| Pierre-François Mouriaux

Mission réussie pour Pegasus XL

Orbital ATK a placé sur orbite cet après-midi huit microsatellites pour l'étude des ouragans, à l'aide de son lanceur aéroporté Pegasus XL.

A 8h37 heure de Floride (13h37 UTC) ce 15 décembre, « Stargazer », le Lockheed L-1011 TriStar reconverti d'Orbital ATK, a finalement largué le lanceur Pegasus XL, depuis une altitude de 12,5 km. L'engin s'est mis en marche 5 secondes plus tard, après une chute d'une centaine de mètres, puis a emporté sa charge utile (quatre paires de satellites CYGNSS de 27,5 kg chacun) jusqu'à une altitude de 512,4 km, après 7 minutes et 51 secondes de vol.

Lundi dernier, une première tentative de lancement avait d'abord été retardée à cause d'orrages présents sur la zone de lancement, puis annulée, suite à la panne d'une pompe hydraulique du système de largage. Des problèmes logiciels étaient ensuite apparus, entraînant trois jours de retard.

Ce vol constitue la 43e mission Pegasus depuis avril 1990 (et le 29e succès consécutif depuis 1997), permettant la mise sur orbite de 94 satellites. La précédente mission remontait au 28 juin 2013.

Etude des ouragans.

Construite pour la Nasa par l'Université du Michigan et le Southwest Research Institute, la constellation CYGNSS (Cyclone Global Navigation Satellite System) vise à améliorer la prévision des ouragans, par une meilleure compréhension des interactions entre la mer et l'air aux abords des noyaux d'une tempête. Les microsatellites du système effectueront des mesures fréquentes des vents de surface des océans tout au long du cycle de vie de tempêtes tropicales et d'ouragans.

Prochain vol en 2017.

Equipé de trois étages à propulsion solide et parfois d'un quatrième étage fonctionnant à l'hydrazine, Pegasus XL mesure 16,9 m de long, pour un diamètre de 1,27 m et une masse au décollage de 23,1 t. Sa voilure mesure 6,7 m.

En attendant le Launcher One de Virgin Galactic ou le Stratolaunch de Scaled Composite, Pegasus reste à ce jour le seul lanceur spatial mis en oeuvre sous un avion. Il peut emporter jusqu'à 443 km vers l'obite basse.

Un nouveau vol est programmé en 2017 avec le satellite d'étude de l'ionosphère américain Icon (272 kg).

Répondre à () :


Captcha
Claude.Vabres | 15/12/2016 22:40

Ne serait ce pas pas 443 kg au lieu de 443 km à la fin de votre article ?

| | Connexion | Inscription