0
Défense
MCO : les résultats de la réforme
MCO : les résultats de la réforme
© Armée de l'air

| BOQUET Justine

MCO : les résultats de la réforme

En visite à l'Atelier industriel de l'aéronautique (AIA) de Clermont-Ferrand, la Ministre des Armées a fait un point d'étape sur la réforme du MCO.

Direction de la maintenance aéronautique.

Véritable chantier encouragé par la Ministre des Armées, le MCO a connu plusieurs réformes sur les trois dernières années. Entre la création de la DMAé et la mise en place de contrats verticalisés, l'ambition est ainsi de responsabiliser l'industrie et d'obtenir de meilleurs taux de disponibilité. Alors qu'en 2017, ce taux était en dessous des 50%, la gestion des parcs et l'engagement opérationnel venaient impacter les moyens disponibles pour la formation et l'entraînement des forces. La Ministre des Armées a profité de sa visite de l'AIA à Clermont-Ferrand, le 15 octobre dernier, pour dresser un premier bilan. Si les chiffres sont encourageants, ils reflètent néanmoins le temps long dans lequel s'incrit ce type de réformes. La situation confirme « une nette amélioration de la performance du MCO. Ces progrès s'inscrivent cependant dans une réforme de fond qui donnera sa pleine mesure avec le temps », rappelle ainsi le ministre des Armées.
 

Un MCO amélioré.

Cette progression se traduit ainsi dans les chiffres et elle est le fruit d'actions portées par le MinArm. La verticalisation des contrats a permis de responsabiliser les industriels et de mieux coordonner le MCO en nommant un chef de file. « En 2017, pour le maintien en condition opérationnelle d'un aéronef, le ministère des Armées pouvait passer jusqu'à 30 contrats de maintenance différents. Avec pour chaque industriel, la responsabilité d'une petite partie de ces aéronefs, avec des priorités différentes, des méthodes de travail différentes, et finalement, personne ne se sentait en charge de faire voler nos avions et nos hélicoptères », rappelait jeudi dernier Florence Parly. La réorganisation du MCO a permis de nommer pour chaque contrat un maître d'oeuvre du MCO et par là même de favoriser les échanges entre les acteurs, permettant l'établissement de guichets uniques pour la logistique. Sept flottes bénéficient actuellement de contrats verticalisés, dont certaines sont gérées depuis un plateau collaboratif : le Fennec, le Cougar, le Caracal, le Tigre, le Dauphin, le Panther, l'Atlantique 2, l'A400M et le Rafale. L'objectif est de passer 15 contrats additionnels d'ici 2022.
 

SIAé.

Mais si le MinArm a externalisé une partie des opérations de maintenance de ces flottes, il continue de s'appuyer largement sur le service industriel de l'aéronautique. « Oui, nous avons besoin du SIAé. Besoin de pouvoir challenger nos industriels privés, et besoin de conserver une expertise très forte et une capacité de réparation industrielle en interne. Pour ceux qui auraient pu en douter, la crise sanitaire a été un révélateur puissant », a salué la Ministre des Armées. Le SIAé a d'ailleurs suivi la dynamique de réformes lancée dans le domaine du MCO et a repensé ses modes d'action, lui ayant permis de réduire le temps d'immobilisation des plateformes. « L'exemple des visites du Tigre, dont vous avez réduit les durées de 43 à 26 semaines, montre que vous avez pris la mesure de mon exigence, et de celles de nos armées », a complété la MinArm.

 

Disponibilité
Disponibilité © Air&Cosmos
Disponibilité

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription