0
Espace
L’IA au service du secteur spatial
L’IA au service du secteur spatial
© AIxSpace

| Pierre-François Mouriaux

L’IA au service du secteur spatial

La première conférence AIxSpace s’est tenue en ligne les 18 et 19 janvier, réunissant de grands décideurs et acteurs en astronautique et en intelligence artificielle.

La révolution IA

Le secteur spatial bénéficie également des progrès spectaculaires de l’intelligence artificielle, qui offre des capacités révolutionnaires, telles que le traitement d’importants volumes de données sur orbite, la détection d’anomalies ou la prise de décision autonome.

L’IA est d’ores et déjà devenue cruciale dans trois domaines : les satellites (de télécommunications, d’observation de la Terre et de reconnaissance militaire), les applications basées sur des données géospatiales (agriculture, transports, santé…) et l’exploration (opérations robotiques ou assistance médicale à distance des astronautes).

Les perspectives semblent aujourd’hui immenses, aussi bien en termes d’innovation, de diversification des applications, de performances ou de réduction des coûts, et donc de nouveaux marchés, redéfinissant les frontières du spatial.

 

Deux demi-journées d’échanges

C’est dans ce contexte que s’est tenue cette semaine la première conférence AIxSpace, organisée par le cabinet de conseil international Euroconsult, spécialisé dans les secteurs de l'espace et des applications satellitaires, et la société Innovitech, acteur stratégique de l’écosystème d’innovation du Québec.

Durant deux demi-journées, l’événement a réuni (virtuellement) des décideurs et des acteurs en astronautique et en intelligence artificielle – chercheurs et industriels, PME et start-ups.

L’objectif était de permettre aux participants d’obtenir des informations concrètes sur les marchés concernés par l’IA, de connecter avec des partenaires d’affaires potentiels, et ainsi se positionner en avant-première sur ces secteurs émergents et à croissance rapide.

 

Intervention de Jean-Yves Le Gall

La conférence a été clôturée par le président du Cnes (qui avait présenté ses vœux à la presse le 5 janvier dernier).

Selon lui, l’utilisation de l’IA dans le spatial, qui ne fait que commencer, constitue une grande source d’innovation et d’avancée scientifique et technique pour notre avenir sur Terre et dans l’espace.

C’est une riche source de développement pour nos sociétés et pour l’avenir de nos économies, alimentant la quatrième révolution industrielle.

Et Jean-Yves Le Gall de déclarer en guise de conclusion : « En tant qu’organisme vivant, l’IA devra s’adapter à notre monde, ou plutôt, nous devrons l’adapter à notre monde pour continuer à rêver, explorer, innover et évoluer. »

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription