0
Drones
Les drones démontrent leur capacité dans la gestion d'incendie
Les drones démontrent leur capacité dans la gestion d'incendie
© DJI

| BOQUET Justine

Les drones démontrent leur capacité dans la gestion d'incendie

Partout dans le monde, les drones sont de plus en plus employés pour la gestion d'incendie. En Ukraine, ils ont largement contribuer à la gestion de feux autour de Tchernobyl.

Tchernobyl en feu.

A Paris, déjà lors de l'incendie de Notre-Dame, des drones avaient été employés afin de soutenir les pompiers dans leur action et pour obtenir des vues aériennes plus précises et claires de la situation. C'est désormais à Tchernobyl que ces aéronefs ont fait leurs preuves, face à un incendie d'une grande ampleur. Ainsi, il y a un peu plus d'un mois, le 4 avril dernier, un incendie majeur se déclenchait à Tchernobyl. Il faudra 10 jours aux pompiers pour parvenir à le maitriser et à l'éteindre complètement. Une véritable course contre le monde alors que le feu se propageait à proximité des anciens réacteurs de la centrale nucléaire. En plus des personnels de sécurité, ce sont donc 10 drones qui ont été déployés afin de les soutenir dans leur mission et pour « capturer des informations aériennes de haute qualité qui ont permis au commandement de comprendre rapidement la situation et de prendre les bonnes décisions », rapporte ainsi DJI.

 

Imagerie thermique.

La plus-value des drones se situe désormais dans les capteurs embarqués par l'aéronef. Si les caméras électro-optique permettent d'obtenir des vues aériennes sans exposer les personnels, les prises de vue se trouvent limitées par l'environnement. Dans le cas d'un feu tel que celui qui s'est déclenché sur Tchernobyl, les épais nuages de fumée qui se dégageaient venait aveugler la caméra EO du drone. Afin de voir à travers cette fumée noire, les pompiers ont pu s'appuyer sur les capteurs thermiques des drones Mavic 2 Enterprise Duals, permettant de voir à travers la fumée et ainsi de détecter des sources de chaleur : présence humaine, foyers de l'incendie, points chauds... De nombreuses informations cruciales pour les pompiers. « Les caméras thermiques ont donné à mon équipe les yeux leur permettant de voir à travers la fumée », a ainsi déclaré Alexander Sirota, président du Conseil public de l'Agence d'Etat de l'Ukraine pour la gestion de la zone d'exclusion.

 

Manned-Unmanned.

La gestion de cet événement a permis de démontrer, une fois n'est pas coutume, l'apport du couple homme – drones sur des théâtres d'intervention complexe. Les drones ont en effet permis de collecter des informations cruciales pour les équipes de secours. Ils ont également été employés afin de guider les aéronefs habités pour qu'ils puissent larguer l'eau au niveau de points cruciaux. De quoi ainsi accroître l'efficacité de l'opération et limiter le nombre de rotations. Mais Alexander Sirota précise par ailleurs que cette opération ne représente qu'un type de missions des drones qu'il opère. En effet, depuis 2016, son équipe met en œuvre des drones dans la zone exclusive de Tchernobyl afin de monitorer cet espace et détecter des températures et événements anormaux, permettant dès lors d'identifier un départ de feu.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription