4
Espace
Le spatial, grand gagnant du budget fédéral américain 2021 ? © US Space Force

| Pierre-François Mouriaux

Le spatial, grand gagnant du budget fédéral américain 2021 ?

Le projet de nouveau budget de l’administration Trump, présenté à neuf mois de la prochaine élection présidentielle américaine, fait la part belle au spatial, civil comme militaire.

Jim Bridenstine, l'administrateur de la Nasa en poste depuis avril 2018, est aux anges : dans son projet de budget pour l’année fiscale 2021 (qui doit démarrer le 1er octobre), présenté le 10 février, la Maison Blanche prévoit d'accorder 25,246Md$ à l'agence spatiale américaine (contre 22,629 Md$ en 2020), soit une hausse de 12 %.

Un tel montant n’avait pas été atteint depuis 1970 et doit être suivi d’augmentations régulières sur cinq ans.

 

Objectif : Lune.

Il s’agit surtout de donner un coup d'accélérateur au programme lunaire Artemis, que Donald Trump veut voir aboutir en 2024, qui se verrait attribuer près de la moitié des fonds, au détriment de plusieurs programmes scientifiques et éducatifs : près de la moitié des fonds sont alloués au programme Moon to Mars, qui comprend le développement d'atterrisseurs lunaires, de robots robotiques, des fusées lourdes et de nouvelles combinaisons spatiales.

« Si le soutien du président n'était pas clair auparavant, il l'est dorénavant », a commenté Jim Bridenstine.

 

15,4 Md$ pour la Space Force.

Par ailleurs, le budget 2021 prévoit d’attribuer à la Space Force, la sixième branche armée des Etats-Unis créée le 20 décembre dernier, une enveloppe de 15,4 Md$.

Un budget aux airs de programme électoral, à neuf mois de la prochaine élection présidentielle, et qui se fonde sur une croissance de 3 % par an pendant 15 ans – un scénario jamais connu dans l'histoire récente des États-Unis.

Etats-Unis BUDGET DE LA NASA Space Force Donald Trump

Répondre à () :


Captcha
Murray Henley | 12/02/2020 19:00

De plus en plus, tous les gouvernements encore solvables dépensent sans compter, sans se préoccuper de déficit ou de dette. Pourtant, l'économie se porte bien. Lorsqu'une récession majeure va survenir, il ne sera pas possible d'accroître davantage les dépenses pour amortir le choc. La bulle d'endettement grossit sans arrêt... Son explosion n'en sera que plus dévastatrice.

Olivier | 13/02/2020 11:12

No comment

10943 | 18/02/2020 14:43

Il y a à peu près autant de chances qu'une américaine marche sur la Lune en 2024 que la cathédrale de Paris soit reconstruite à la même date...

| Connexion | Inscription