1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Défense

0
Couverture
© Armée de l'Air
04/01/2018 12:35 | Par yann cochennec

"Le couple Rafale-Meteor deviendra un game changer"

Dans un entretien accordé à Air&Cosmos, le général Eric Charpentier, commandant de la brigade aérienne de l'aviation de chasse, souligne que l'arrivée du missile Meteor va révolutionner la doctrine d'emploi du combat aérien qui reste un savoir-faire

• Le combat aérien reste-t-il une priorité pour l’armée de l’Air dans le contexte des opérations aériennes actuelles alors très centrées sur les missions air-sol ?

Effectivement, au Levant comme en bande sahélo-saharienne, les missions aériennes pures d’attrition du potentiel adverse ou de recueil de renseignement, ainsi que celles d’appui au sol des forces terrestres se déroulent sans opposition marquée. La liberté d’action des armées et la moindre dangerosité qui en découle pour les équipages de combat, si on excepte le risque d’éjection au-dessus des zones tenues par l’ennemi, proviennent du fait que ces deux théâtres d’opérations restent globalement permissifs. La supériorité aérienne reste un préalable inexorable à toute opération militaire, qu’elle ait lieu depuis les airs ou en surface. Sur ces théâtres, elle semble suffisamment établie.
Un observateur averti notera néanmoins que cette configuration n’est en rien pérenne. Sur le théâtre syrien, par exemple, des situations confuses ou mal coordonnées entre les deux coalitions à la manœuvre sont susceptibles de conduire à des échauffourées dans les airs. A ma connaissance, au moins à deux reprises, les aviations américaine et russe ont été sur le point de s’affronter dans un combat aérien qui aurait pu déboucher sur une action de feu......

........Pour un équipage d’avion polyvalent, de défense aérienne et même d’attaque au sol, l’aptitude au combat demeure à l’évidence un savoir-faire fondamental. Le combat aérien est une discipline fondamentale qui doit faire partie du bagage de tout pilote de chasse......

• Comment entretenir les savoir-faire des équipages dans ce domaine ?

J’ai insisté dans ma réponse précédente sur l’importance que revêt la détention des savoir-faire propres au combat aérien dans la formation de tout « chasseur ».
Quels que soient l’unité d’origine et le système d’armes mis en œuvre, le chasseur devra avoir  conscience de la situation aérienne (situation awarness), être en mesure de décider s’il est plus pertinent de rompre l’engagement même à distance pour sa survie, ou de poursuivre sa mission, ou de saisir l’opportunité de vaincre.
Les fondamentaux relatifs au combat aérien et les tactiques associées sont en cohérence, sanctuarisés dans les cursus de formation des chasseurs, bien évidemment à des degrés plus ou moins conséquents suivant les missions opérationnelles confiées à l’unité (polyvalente, de défense aérienne ou d’assaut).
Les compétences air-air sont ainsi développées sur une base quotidienne et de manière progressive par les escadrons de chasse qui restent responsables du parcours de progression du personnel qui leur est confié, s’agissant notamment des passages de qualification opérationnelle (de l’équipier apte à la mission de guerre au chef de patrouille capable de conduire un dispositif au combat dans un environnement dense et contesté).........

• Comment l’armée de l’Air prépare-t-elle l’arrivée du missile Meteor ? Va-t-elle modifier vos capacités en termes de combat ?

Les experts ne se sont pas encore accordés sur le niveau de rupture qu’apportera l’entrée en service du Meteor dans les armées françaises. A titre personnel, j’ai la conviction que l’arrivée de ce missile air-air de très longue portée va révolutionner la doctrine d’emploi des forces aériennes qui en seront dotées, en particulier de l’aviation de chasse française.
En effet, les performances du couple Rafale/Meteor sont telles qu’il en deviendra indubitablement un « game changer », comme le fut en son temps le tandem redoutable M2000-5/Mica, dans la conduite des opérations aériennes.
La donne sera en premier lieu changée pour tout adversaire qui devra redouter en chaque Rafale un potentiel porteur du Meteor et de ses performances impressionnantes, hors du commun. Pour de nombreuses années encore, l’allonge supplémentaire de ce missile, sa létalité et sa connectivité étendue lui conféreront un véritable statut d’épouvantail, de même qu’il offrira à un utilisateur compétent et entraîné un avantage décisif dans l’espace de bataille. 
Avec ses possibilités d’engagement lointain et d’agilité de tir, que je ne détaillerai pas pour des raisons compréhensibles, le Meteor sera l’arme incontournable dans la capacité d’entrée en premier, aptitude que nous avons évoquée un peu plus tôt. En outre, le couple Rafale/Meteor offrira des opportunités nouvelles ou jusqu’alors restreintes, comme l’attaque de cibles aériennes à haute valeur ajoutée (tel un centre de commandement et de contrôle volant ou encore un avion ravitailleur), donc fortement protégées.
Mais la donne sera également changée pour les futurs employeurs que seront l’armée de l’Air et l’aviation embarquée...........

Propos recueillis par Emmanuel Huberdeau

Pour en savoir plus, rendez-vous dans vos kiosques et kiosques numériques.

 

 

 

 

 

 

 

 

Armée de l'Air Dassault MBDA Meteor missile Rafale

Répondre à () :

| Connexion | Inscription