0
Défense
Le 14 juillet se prépare à Châteaudun
Le 14 juillet se prépare à Châteaudun
© Marine Nationale

| ehuberdeau 581 mots

Le 14 juillet se prépare à Châteaudun

Une tente dressée au milieu d'un champ, des antennes déployées à proximité, des opérateurs qui s'affairent devant des ordinateurs et qui communiquent avec des aéronefs en vol. La scène pourrait se dérouler dans un poste de commandement tactique déployé au Mali ou en Centrafrique, mais il s'agit en fait de la répétition du défilé aérien du 14 juillet, organisée le 24 juin sur la base aérienne 279 de Châteaudun.

 

Par un temps parfaitement dégagé une partie des 54 aéronefs à voilure fixe et 36 hélicoptères devant participer à la parade militaire au dessus des Champs Elysées ont survolé la base aérienne sous les yeux critiques des organisateurs qui suivent les opérations depuis le sol. Les deux passes (celle des avions et celle des hélicoptères) sont filmées et chronométrées afin de faire l'objet d'un débriefing en présence des leaders. Dans l'ensemble ce premier entrainement est un succès et seules quelques corrections sont demandées aux pilotes.

 

La base de Châteaudun a été choisie pour cette répétition car son espace aérien est moins contraint par le trafic que celui de la région parisienne. De plus, les circuits d'attentes peuvent être recrées à l'identique par rapport aux conditions du 14 juillet. La piste de la base de Châteaudun présente également l'avantage d'être dans le même axe que les Champs Elysées. Elle offre enfin des capacités de soutien et de support approprié pour accueillir l'ensemble des hélicoptères participant au défilé et une partie des aéronefs à voilure fixe.

 

Pour les organisateurs au sol, la préparation du défilé présente une charge importante de travail. D'autant que deux dispositifs seront en place le 14 juillet. En effet en parallèle du survol de Paris, il faudra gérer le dispositif de sureté aérienne. L'Armée de l'air mettra en place des moyens capables d'intercepter tout aéronef pouvant troubler le défilé.

 

Pour les pilotes, les choses sont plus simples. Habitués aux opérations complexes et aux vols en formation, le défilé ne présente pas de difficulté majeure. Ils prennent cependant en compte les impératifs de sécurité liés au vol au dessus d'une agglomération et le respect du timing et de l'alignement.

 

Pour les équipes au sol comme pour les pilotes la seule vrai crainte vient de la météo. Le plus compliqué serait une météo intermédiaire. En cas de grand beau temps, le défilé se déroulera sans problème. Si les conditions sont trop mauvaises, le passage des aéronefs pourra être annulé. En revanche, en cas de météo tangente, le dispositif sera maintenu mais la tâche des pilotes sera compliquée notamment par la diminution de la visibilité. Un fort vent latéral pourrait également gêner les hélicoptères.

 

Le défilé aérien 2014 ne présentera par de grande nouveauté par rapport à l'édition précédente. Les Mirage F-1 voleront pour la dernière fois, représentés par quatre Mirage F-1CR et un F-1B de l'Escadron de reconnaisssance 2/33 « Savoie ». Ils évolueront dans une formation mettant en scène les missions de reconnaissance et seront suivis par trois Rafale du 2/30 « Normandie-Niémen » pour marquer le passage de témoin.

 

Comme l'an dernier, un A-400M Atlas du CEAM (Centre d'expertise aérienne militaires) défilera dans une formation représentative de la mission de projection des forces. La Marine nationale sera représentée par deux Rafale, deux SEM, un E-2C Hawkeye, un ATL-2 et un Falcon 50.

 

Le défilé des hélicoptères comprendra des appareils de l'ALAT, de l'Armée de l'air, de la Marine, de la Gendarmerie nationale et de la Sécurité civile. Seront présents notamment trois NH-90 TTH Caïman de l'Armée de terre et un NH-90 NFH Caïman Marine.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription