0
Espace
La Russie à deux doigts de rater la mise sur orbite d’un satellite égyptien © Roscosmos

| Pierre-François Mouriaux

La Russie à deux doigts de rater la mise sur orbite d’un satellite égyptien

Grosse frayeur hier lors du lancement du satellite EgyptSat A à l’aide d’un Soyouz 2.1b de Roscosmos.

Pour son premier lancement de l’année, la Russie devait placer sur orbite basse le troisième satellite d’observation de la Terre égyptien, EgyptSat A, construit en Russie et en Biélorussie pour le compte de l’Autorité nationale de la téléobservation et des sciences de l'espace (NARSS).

Le lanceur utilisé, un Soyouz 2.1b, s’est élancé de Baïkonour le 21 février à 16h47 UTC. Son troisième étage s’est montré défaillant mais, heureusement, les 57 km manquants lors de son extinction ont été rattrapés par l’étage supérieur Fregat M.

Le satellite a finalement atteint son orbite prévue (652 x 657 km, inclinée de 98°) et semble en bon état.

 

Date limite atteinte ?

Parmi les premières pistes sur l’origine de l’incident figure l’âge du lanceur : celui-ci a en effet a été fabriqué en octobre 2012, avec une période de « garantie » de 6,5 ans, qui devait expirer en avril prochain…

 

OneWeb impacté.

L’anomalie entraîne un nouveau report du lancement des six premiers satellites OneWeb, qui devait avoir lieu le 26 février depuis le Centre spatial guyanais à l’aide d’un Soyouz ST-B.

La nouvelle date n’est pas encore connue.

Baïkonour Défaillance EgypSat Fregat Roscosmos Soyouz

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription