0
Espace
La Lune en ligne de mire
La Lune en ligne de mire
© M. Cherfi / Air & Cosmos

| Pierre-François Mouriaux

La Lune en ligne de mire

Cet été, retrouvez notre sélection d’articles marquants parus dans nos colonnes au premier semestre 2020. Le 15 mai, nous vous présentions deux nouveautés chinoises : la nouvelle version du lanceur Longue Marche 5 et le vaisseau habité de seconde génération.

Un lanceur dédié

Pour son quatrième vol depuis sa mise en service en novembre 2016 (dont un échec, en juillet 2017), le lanceur chinois le plus puissant actuellement a été utilisé pour la première fois le 5 mai dans sa version dépourvue d’étage supérieur, capable d’expédier 23 t vers l’orbite basse : le Longue Marche 5B. Le décollage est intervenu à 10 h 00 UTC depuis Wenchang, quatrième base spatiale chinoise, située sur la côte nord-est de l’île de Hainan (sud de la Chine). Développé par l'Académie chinoise de technologie des lanceurs (Calt) et équipé d’une coiffe de 20,5 m de long, le LM 5B sera essentiellement dédié à l’assemblage des modules de la future Grande station spatiale chinoise, dont le module central Tianhe doit être lancé l’an prochain. En attendant, deux missions d’envergure attendent le « jouflu » : le lancement vers Mars (le 23 juillet) de la sonde Tianwen 1, puis celui vers la Lune (en octobre) de la sonde Chang’e 5, chargée de récolter des échantillons. La Chine est définitivement entrée dans la cour des grands.

 

Retombée aléatoire

Pourtant, ce premier succès du LM 5B contraste avec une fin de mission chaotique : au mépris des conventions internationales, aucun moyen de contrôle ne semblait prévu pour le retour sur Terre de son étage central, placé sur une orbite de 155 x 366 km, inclinée de 41° ; seul était annoncé un plongeon dans l’atmosphère après six jours de vol, mais sans zone de retombée précise, alors qu’il s’agit d’un objet deux fois plus massif que le laboratoire chinois Tiangong 2 (retombé au-dessus de l’océan Pacifique en avril 2018) : 32 m de long, 5,2 m de diamètre, et une masse à vide de 17,3 t – sans oublier ses deux moteurs YF-77, de 2,7 t chacun... C’est de fait six jours après le lancement, le 11 mai à 15 h 33 UTC, que l’étage s’est consumé au-dessus de l’Atlantique, à l’ouest de la Mauritanie (20° de latitude nord)… après avoir notamment survolé les Etats-Unis, de Los Angeles à New-York, à seulement 170 km d’altitude pour cette dernière. L’événement a été notifié à peine 90 minutes plus tard par le 18e escadron de contrôle spatial de l'US Air Force (18 SPCS), basé à Vandenberg, en Californie.

 

[…]

 

Article à (re)découvrir en téléchargeant le fichier ci-dessous.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription