0
Aviation Civile

La flotte de Falcon au complet

MARINE NATIONALE

la Marine nationale. A réCeptIonné Son huItIèMe FALCon 50M. IL SerVIrA Au SeIn De LA FLottILLe 24F, SpéCIALISéeÉée DAnS LA SurVeILLAnCe MArItIMe.L a flottille 24F est maintenant au complet! Cette unité de l'aéronautique navale a atteint le format prévu par la loi de programmation militaire avec la réception le 20 mai 2016 d'un huitième avion de surveillance maritime Falcon 50MS de Dassault Aviation.

Cet avion est le dernier d'une série de quatre appareils de liaison, employés auparavant pour des missions gouvernementales (au sein de l'escadron d'entraînement de transport et de calibration) et convertis par Dassault et Thales en appareils de surveillance maritime. Pour cela les Falcon 50 ont été équipés d'un radar Ocean Master 100,d'un système optronique infrarouge rétractable,d'un système de mission et d'une console opérateur. Des hublots ont aussi été installés pour permettre à l'équipage d'effectuer des recherches à l'oeil nu. Sabena s'est chargé d'intégrer une capacité de communication par satellite.

Ces quatre Falcon 50MS ne sont pas strictement identiques aux Falcon 50MI réceptionnés par la flottille 24F au début des années 2000. En effet, ces derniers sont dotés de capacités d'intervention qui n'ont pas été intégrées pour l'instant sur les quatre appareils modifiés. Les quatre premiers Falcon 50MI peuvent larguer une chaîne SAR (Search & Rescue), des équipements de sauvetage et de survie, pour venir en aide à des naufragés. Il est prévu que les quatre Falcon 50MS soient dotés à l'horizon 2017-2018 de capacités de largage d'une chaîne SAR de taille réduite.

SURVEILLANCE MARITIME. Le Falcon 50M joue un rôle clé pour les missions de surveillance maritime de la Marine nationale. Sa vitesse et son autonomie lui permettent de couvrir de vastes zones maritimes et d'intervenir loin des côtes. Les Falcon 50M réalisent des missions de contrôle de l'immigration clandestine, de surveillance des pêches, de lutte contre la population,de sauvetage en mer ou de renseignement.

La flottille 24F est basée à Lann-Bihoué (Lorient),d'où les appareils décollent pour effectuer leur mission de contrôle de l'espace maritime métropolitain. Mais des détachements sont régulièrement déployés outre-mer ou à l'étranger. Un Falcon 50M est déployé actuellement à Dakar pour des missions de surveillance dans le golfe de Guinée.

Un équipage a également été déployé à Mayotte du 4 janvier au 14 février 2016 et un autre Falcon 50M participe à l'opération Eunavormed, opération de recherche et de sauvetage des migrants en Méditerranée centrale.

Cet appareil a été employé le 19 mai pour participer aux recherches de l'avion d'Egyptair. Parmi les autres missions récentes, on peut citer la lutte contre le narcotrafic aux Antilles ou la lutte contre la piraterie dans l'océan Indien.Grâce à un bon taux de disponibilité, les Falcon 50M ont effectué 3200 heures de vol en 2015.

Les Falcon 50M ne sont pas les seuls appareils de la famille Falcon employés par la Marine nationale. Cinq Falcon 200 Gardian de la flottille 25F sont basés outre-mer de façon permanente. Ils sont dotés de capacités comparables à celles des Falcon 50M, mais ces appareils sont des bimoteurs et leur autonomie est moindre. Des Falcon 10 sont employés principalement pour l'entraînement.

Le remplacement des Falcon 50 devrait intervenir à l'horizon 2030.Il est possible qu'un seul système remplace à la fois les avions de surveillance maritime et les appareils de patrouille maritime ATL2. La France pourrait comme les Etats-Unis s'orienter vers l'emploi de deux types de plateformes :un drone et un appareil habité.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription