0
Espace
La Chine championne des lancements orbitaux cet été
La Chine championne des lancements orbitaux cet été
© CNSA

| Pierre-François Mouriaux 303 mots

La Chine championne des lancements orbitaux cet été

Sur 22 tentatives de lancements spatiaux enregistrées à travers le monde aux mois de juillet et d’août, 12 reviennent à la Chine – avec 11 succès.

Au coude à coude avec les Etats-Unis

Entre l’Inde, qui continue d’être frappée de plein fouet par la crise sanitaire, et SpaceX qui, une fois n’est pas coutume, n’a effectué qu’un seul lancement entre le 30 juin et le 29 août, les mois de juillet et d’août auraient pu être les plus calmes de l’année, les 7 réalisations de janvier constituant à ce jour le minimum enregistré en 2021.

Mais c’était sans compter sur la Chine qui, après avoir réussi 18 missions au premier semestre (derrière les Etats-Unis, qui affichaient 27 réalisations sur la même période), a doublé sa cadence moyenne mensuelle ces deux derniers mois.

Du coup, l’empire du Milieu se retrouve à égalité avec son rival américain ; au 31 août, avec chacune 29 réalisations orbitales, les deux puissances représentaient pas moins de 74 % de l’activité mondiale depuis le 8 janvier !

 

Missions variées

Ce ne sont pas moins de 25 satellites qui ont été embarqués avec succès entre le 3 juillet et le 24 août sur des lanceurs Longue Marche chinois.

La plupart des charges utiles ont été placées sur des orbites basses (parfois héliosynchrones), pour des missions d’observation de la Terre, de météorologie ou de reconnaissance militaire, mais aussi pour les télécommunications (civiles et militaires), l’alerte avancée et l’internet des objets.

Nous reviendrons en détail sur l’ensemble de ces lancements dans les prochains numéros d’Air & Cosmos – le bilan des lancements du mois de juillet figurera dans le n°2747, à paraître ce 2 septembre.

 

Un échec début août

Au milieu de cette impressionnante démonstration de force, la Chine a cependant essuyé le 3 août son deuxième échec en vol de l’année, une nouvelle fois avec son microlanceur « privé » Hyperbola, dont la coiffe s’est mal séparée.

La mission devait placer sur orbite basse un nouveau petit satellite d'observation de la Terre de la constellation commerciale Jilin, développée par la société Chang Guang Satellite Technology.

Répondre à () :


Captcha
Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription