0
Espace
J-45 avant le prochain IAC
J-45 avant le prochain IAC
© NASA

| Pierre-François Mouriaux

J-45 avant le prochain IAC

Dans six semaines s'ouvrira au Mexique le 67e Congrès mondial d'astronautique (IAC). Air & Cosmos est partenaire de la manifestation.

Le prochain IAC (International Astronautical Congress) se tiendra cet automne, comme chaque année depuis sa création en 1950 à Paris par le Français d'origine russe Alexandre Ananoff. Il se tiendra cette fois à Guadalajara, la seconde plus grande ville du Mexique, et s'ouvrira lundi 26 septembre.

Située dans la partie ouest du plateau central du Mexique, à 540 km à l'ouest de la capitale et à la même latitude qu'Hawaï, Guadalajara est perchée à 1 550 m d'altitude, sur un plateau au-dessus de la vallée d'Atimapac. Considérée comme « la perle de l'Occident » pour sa beauté de style colonial et pour sa localisation, la ville est aussi surnommée la Silicon Valley mexicaine, pour son importance économique et son offre éducative et culturelle.

Le directeur général de l'Agence spatiale mexicaine (Agencia Espacial Mexicana), Francisco Javier Mendieta Jiménez, qui soutenait la candidature de la ville en 2013, est convaincu que l'accueil de ce congrès international dans cette région du monde renforcera l'élan des pays émergents pour les questions spatiales et la collaboration internationale.

Placé pour cette édition sous le thème « Rendre l'espace accessible et abordable pour tous les pays » et co-présidé par la chimiste Sandra Ignacia Ramírez Jiménez, vice-présidente de la Société mexicaine d'astrobiologie (SOMA), l'IAC réunira durant cinq jours plusieurs centaines d'experts de la communauté astronautique à travers le monde, au-delà des frontières géopolitiques. Plus de 3 000 participants sont d'ores et déjà enregistrés, tandis que 2 700 communications avaient été sélectionnées lors des réunions préparatoires parisiennes en mars dernier (les Spring Meetings).

 

Elon Musk en guest star.

Parmi les événements les plus attendus figurent évidemment la traditionnelle réunion des chefs d'agences spatiales le premier jour, mais également une présentation « approfondie » du PDG de SpaceX, Elon Musk, de son projet de colonisation de Mars et l'architecture de transport nécessaire (« Colonizing Mars – A deep technical presentation on the space transport architecture needed to colonize Mars »), le deuxième jour du Congrès.

Notons par ailleurs que, parmi les différentes cérémonies et remises de prix qui jalonnent la semaine de congrès, Bénédicte Escudier, chef du développement international et industriel à l'ISAE-SupAéro, recevra la médaille Frank Malina de l'IAF, en récompense de ses actions en faveur de l'éducation spatiale depuis trente ans.

L'IAC 2016 sera également l'occasion pour le président du Cnes, Jean-Yves Le Gall, de démarrer son mandat à la tête de la Fédération internationale d'astronautique (IAF), suite à son élection en septembre 2015. Il remplacera le Japonais Kiyoshi Higuchi, ancien vice-président de l'agence spatiale japonaise, en poste depuis 2012.

Interviendra enfin le choix du lieu du Congrès de 2019, après Adélaïde en 2017 et Brème en 2018. Il semble que la candidature de Washington soit très bien placée, à l'occasion des cinquante ans des premiers pas sur la Lune.

L'IAC 2016 est organisé par la Fédération internationale d'astronautique, l'Académie internationale d'astronautique (IAA) et l'Institut international de droit spatial (IISL), avec le concours de l'Agence spatiale mexicaine (AEM).

 

www.iac2016.org

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription