advertisment-image

Inscription à la newsletter La Lettre de la Défense - réservée aux abonnés


0
Industrie

Fin de la revue de conception

ARIANE 6 AIRBUS SAfRAN LAUNChERS (ASL) vIENt DE fINALISER LA PREMIèRE PhASE DE CoNCEPtIoN D'ARIANE 6. ELLE vALIDE L'ENSEMBLE DE SES CARACtéRIStIqUES tEChNIqUES, INDUStRIELLES Et PRoGRAMMAtIqUES.

Le 10 juin, le maître d'oeuvre industriel du programme Ariane 6 a remis à l'Agence spatiale européenne les conclusions de la revue préliminaire de conception (PDR, pour Preliminary Design Review) du futur lanceur européen, désormais intitulée MG5, pour Maturity Gate 5 (« palier de maturité 5 »).Engagée le 28 avril dernier (cf. A&C n° 2498),cette étape de validation majeure intervient moins de neuf mois après la signature du contrat de développement signé avec l'ESA le 12 août 2015. Elle fait suite à la finalisation du design du lanceur et à la mise en place de son organisation industrielle.

La revue a associé une quarantaine de membres : des représentants des partenaires industriels associés au PROGRAMMEARIANE 6, des représentants des agences (ESA, Cnes, DLR et ASI), ainsi que des experts indépendants. Elle permet de confirmer les performances,les délais et les coûts d'exploitation du lanceur, et de poursuivre son développement au rythme prévu avec les partenaires industriels européens.

FORGER LE MODÈLE INdustRIEl. « Ariane 6 bénéficie d'un certain nombre d'innovations techniques, technologiques et de design, nous explique Patrick Bonguet, directeur du programme chez ASL. Citons l'avionique, l'optopyrotechnique, les centrales inertielles à gyroscopes résonnants, l'impression 3D, la technique de friction-malaxage pour la soudure des réservoirs,les interfaces solbord montées en usine, l'étage supérieur RÉéÉALLUMABLEVINCI entièrement repensé, la reconception totale de l'étage supérieur pour le rendre complètement versatile, une longue phase de croisière bien que l'on ait des ergols cryogéniques… Mais, audelà de ces nouveautés, nous nous employons à forger le modèle industriel des lanceurs en Europe. Nous avons en effet totalement repensé la façon de produire le lanceur, non seulement la production - qui va désormais se faire à l'horizontale -, mais aussi en flux, partout en Europe, en spécialisant les différents centres pour maximiser l'usage des moyens. La conception et la production des lanceurs en Europe vont adopter un mode plus industriel. »

« Nous allons pouvoir démarrer

la production en mars 2017 »

Trois questions à Patrick Bonguet, directeur de programme Ariane 6 chez Airbus Safran Launchers

Comment était organisée cette revue de conception ? Les experts ont été répartis en six panels : maturité et cohérence des spécifications pour le système et les produits ; compatibilité entre les spécifications et la définition des produits ; compatibilité avec les spécifications d'industrialisation ; cohérence et analyse critique de la logique de développement et du planning ; maturité de l'organisation et des méthodes, ressources et outils ; coûts récurrents et non récurrents. Les membres de chaque panel ont préalablement reçu un dossier à analyser, puis ont été réunis durant une semaine complète en colocation aux Mureaux. Une première synthèse a été suivie par l'écriture des recommandations, la distribution d'un rapport le 6 juin et la réunion du comité directeur le 10 juin.

Des points durs ont-ils été identifiés ? Aucun problème non connu n'a été soulevé. Les experts ont confirmé ce qui leur avait été présenté lors du lancement de la revue, c'est-à-dire les points ouverts les plus difficiles qu'il y ait à traiter sur le lanceur. Ils ont donc donné des recommandations sur la manière de les traiter, 22 en tout, portant à la fois sur la technique et l'organisation. D'une manière générale, il y a une adhésion complète aux principes qui ont été mis en avant et

à l'architecture retenue. Le rapport conclut d'ailleurs : « Une impressionnante manière de travailler novatrice. » A nous, maintenant, de réaliser tout ce qui est prévu, tant en matière de transformation industrielle que culturelle, en interne à Airbus Safran Launchers et avec nos partenaires industriels.

Quelle est la suite de cette MG5 ? Dans la foulée de cette revue système lanceur, nous allons procéder à la validation des sous-ensembles et des produits, puis effectuer la conception détaillée du lanceur, c'est-à-dire dessiner ses plans définitifs. Nous pourrons ensuite passer à la production des modèles de qualification (la MG6), en mars prochain. Entre-temps, il y a encore quelques revues au niveau des systèmes et de la base de lancement, et surtout la revue d'étape du programme (PIR), le 13 septembre au Conseil de l'ESA. Elle avait été demandée à la Conférence ministérielle de Luxembourg et va s'appuyer sur le rapport d'experts que l'ESA va réunir à partir du 6 juillet. Les résultats seront communiqués aux Etats membres par le directeur général de l'Agence le 28 juillet. C'est évidemment la prochaine grosse étape du programme, mais un certain nombre d'interrogations ont été levées avec la MG5, tant techniques, qu'industrielles, programmatiques ou financières.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription