1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Défense

0
Couverture
© Emmanuel Huberdeau
09/06/2016 17:19 | Par ehuberdeau

Eurosatory 2016 : Spy'Ranger, le mini drone de reconnaissance de Thales

Le jeudi 9 juin, en prévision du salon Eurosatory, Thales a organisé, pour la presse, une démonstration de son mini drone de reconnaissance, le Spy'Ranger.

Le Spy'Ranger a été conçu pour être mis en œuvre par les unités de contact des forces terrestres. C'est à dire les sections ou les compagnies se trouvant à proximité des forces ennemies. Le système doit servir à la surveillance, à la reconnaissance, à la collecte de renseignement d'origine images et à l'acquisition d'objectifs. Pour cela, il dispose d'une autonomie de plus de 2h30 et d'un rayon d'action pouvant atteindre 30 km.

Le Spy'Ranger a été spécifiquement conçu pour la mise en œuvre d'un charge utile développée par Thales comprenant un pointeur laser, une caméra infrarouge HD et une caméra champ visible. Selon l'industriel français, la principale force du Spy'Ranger tient à la haute définition des images collectées grâce à un algorithme de traitement dérivé de celui développé pour le pod Reco NG du Rafale. Le Spy'Ranger bénéficie aussi d'une liaison de données très performante permettant de transmettre en simultané des images IR et champ visible. Le logiciel de contrôle du drone a été expérimenté en 2010 en Afghanistan par l'armée française explique Thales.

Pour concevoir la plateforme capable d'emporter cette charge utile, Thales à fait appel a la PME française Aviation Design basée à Milly la foret dans l'Essonne. A l'origine cette société était spécialisée dans la conception et la construction de modèles réduits volants de jets. Elle continue de produire une centaine de modèles par an vendus dans le monde entier. Depuis 1997, Aviation Design collabore avec la section technique de l'armée de terre (Stat) pour qui elle a conçu des cibles volantes. La PME de Milly la foret a également conçu des modèles réduits de démonstrateurs utilisés par les industriels pour des essais en soufflerie ou en vol. Aviation Design dispose de capacités de conception et de production propres qui ont pu être progressivement adaptées aux minis drones. En cas de commande, c'est d'ailleurs Aviation Design qui sera chargé de la construction des plateformes et de l'intégration de la charge utile produite par Thales.

Pour "faire voler" la charge utile de Thales, Aviation Design a conçu une plateforme particulièrement légère et facilement démontable. Un système complet comprenant deux drones et constitué d'éléments ne dépassant pas un mètre de long, peut être contenu dans deux caisses de moins de 25 kg.

Le système décolle grâce à une catapulte conçue en carbone pesant moins de 2 kg. Le véhicule se pose sur son ventre, lequel est constitué d'une coque brevetée, constituée en partie de kevlar. Selon ses concepteurs, le drone peut se poser sur un grand nombre de surface et sur une très courte distance. Il peut notamment résister à des arrivée sur des sols durs. Le même prototype a déjà effectué plus de 150 vols d'essais. La charge utile se rétracte automatiquement avant l'atterrissage afin d'être protégée.

Thale a proposé le Spy'Ranger dans le cadre du marché pour le remplacement du drone DRAC de l'armée de Terre. Huit vols de démonstration ont été effectués en avril dernier devant des représentants de la Stat, de la Direction Générale de l'Armement et des Forces Spéciales. Mais l'industriel français se dit aussi très ambitieux à l'export et estime que le Spy'Ranger pourrait intéresser plusieurs prospects étrangers.

Décollage du Spy'Ranger depuis sa rampe de lancement. Le véhicule est tiré par un sandow
© Emmanuel Huberdeau
Le Spy'Ranger et sa charge utile sont contrôlés depuis un ordinateur portable
© Emmanuel Huberdeau
Le Spy'Ranger se pose sur son ventre. Il peut ensuite être remis en œuvre en dix minutes
© Emmanuel Huberdeau

Thales DRONE Mini drone Drone de reconaissance Armée de Terre eurosatory Spy'Ranger

Répondre à () :

| Connexion | Inscription