0
Aviation Civile
Drones baladeurs : l'EASA décide de prendre la main © C. Cosmao

| yann cochennec

Drones baladeurs : l'EASA décide de prendre la main

Face à la multiplication des incidents entre drones et avions de ligne, l'EASA ou Agence européenne pour la sécurité aérienne a décidé de prendre les choses en main en créant un groupe de travail chargé d'évaluer les risques de collision entre drones et aéronefs, qu'il s'agisse d'avions de ligne, d'hélicoptères ou d'avions de tourisme. Présidé par l'EASA, ce groupe de travail comprendra des représentants des constructeurs d'aéronefs et de moteurs. Un travail qui sera mené en collaboration avec les Etats membres de l'Union européenne.

Le groupe de travail aura pour mission de rencenser tous les incidents impliquant drones et aéronefs enregistrés par les Etats membres de l'Union européenne. Mais aussi d'analyser "toutes les études existantes réalisées sur la problématique de la collision entre drones et aéronefs" ainsi que d'étudier "tous les points de vulnérabilité, pare-brises, moteurs, fuselage en prenant en compte les différentes catégories d'aéronefs concernés : avions de ligne, avions légers et hélicoptères).

Enfin, il lui faudra aussi évaluer la possibilité de poursuivre des recherches supplémentaires sur le sujet et faire réaliser des essais comme l'impact du choc d'un drone sur le pare-brise d'un avion ou d'un hélicoptère". Le groupe publiera le résultat de ces différents travaux à la fin juillet 2016 et "organisera un atelier avec les différentes parties concernées pour présenter et discuter de ses conclusions et recommandations".

Les autorités britanniques de l'aviation civile enregistrent depuis 2015 une très nette accélération d'incidents graves entre drones et avions de ligne. En France, le premier incident recensé s'est déroulé sur l'aéroport Paris/Charles de Gaulle en février dernier avec un Airbus A320 d'Air France en approche. Puis, en avril, c'était au tour de l'équipage d'un appareil d'Aer Lingus d'être à son tour confronté à une "rencontre" de ce type. Aer Lingus a d'ailleurs indiqué que "six incidents de ce type avaient été enregistrés par ses pilotes en 2015 et 2016 dont deux à proximité de l'aéroport de Dublin.

L'EASA ne pouvait donc plus rester inactive d'autant que l'Agence travaille d'ores et déjà sur un cadre réglementaire qui vise à mettre en place "une exploitation en toute sécurité des drones en Europe" : enregistrement du drone lors de l'achat, autorisation à obtenir préalablement des autorités de l'aviation civile pour toute activité à proximité des aérodromes et aéroports, équipement du drone d'un système d'identification et autres conditions (visuel, hauteur de vol inférieure à 150 m).

EASA AESA Agence européenne de la sécurité aérienne DGAC Air France Aer Lingus aéroport de Paris/CDG aéroportde Paris/Charles de Gaulle Drones civils

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription