0
Espace
Deux astronautes émiriens attendus à Houston
Deux astronautes émiriens attendus à Houston
© MBRSC

| Pierre-François Mouriaux

Deux astronautes émiriens attendus à Houston

La Nasa et le Centre spatial émirien Mohammed Bin Rashid ont signé un accord pour l’entraînement au Texas d’astronautes émiriens.

Un premier astronaute émirien en septembre 2019

On se souvient que l’an passé, le pilote de chasse Hazza al-Mansouri, alors âgé de 35 ans était devenu le premier astronaute des Emirats Arabes Unis, à l’occasion du lancement vers la Station spatiale internationale du Soyouz MS-15 (le dernier emporté par un lanceur Soyouz FG).

La mission, baptisée UAE Mission 1, avait duré près de 8 jours (du 25 septembre au 3 octobre), provoquant un formidable engouement populaire à travers les Emirats.

Hazza al-Mansouri était alors considéré comme un « participant au vol spatial » (passager payant ayant suivi une formation accélérée).

 

Une sonde en route vers Mars

Décidément ambitieux, les EAU ont par ailleurs occupé le devant de la scène cet été avec la Chine et les Etats-Unis, en envoyant la première sonde interplanétaire du monde arabe (sur un lanceur japonais H2A) à destination de la planète Mars : Al Amal (l’espoir).

L’arrivée à destination est attendue pour février 2021, année des cinquante ans de la formation des Emirats.

 

Une (nouvelle) formation complète sur l’ISS

Dans le cadre d’un accord conclu entre la Nasa et le Centre spatial Mohammed Bin Rashid (MBRSC), le centre Johnson de Houston (au Texas), dédié à la préparation des astronautes, va accueillir cet automne Hazza al-Mansouri et son ancienne doublure, le Sultan Al Neyadi.

Les deux hommes seront formés aux systèmes de la Station spatiale internationale, à la robotique, aux sorties extravéhiculaires, mais également à la gestion d’équipe.

Ils seront rejoints l’an prochain par deux compatriotes, qui seront intégrés au 23e groupe de candidats astronautes de la Nasa, qui devrait être dévoilés en juin.

Un partenariat qui s’inscrit, selon le communiqué de la Nasa, dans la perspective de « des relations encore plus étroites » entre les deux nations.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription