0
Histoire
De Caudron à Potez, ou l'envol aéronautique dans la Somme (Documentaire)
De Caudron à Potez, ou l'envol aéronautique dans la Somme (Documentaire)
© DR

| Antony Angrand

De Caudron à Potez, ou l'envol aéronautique dans la Somme (Documentaire)

A la Belle Epoque, dans la ferme de Romiotte en Baie de Somme, non loin du Crotoy, deux frères, Gaston et René Caudron, se rêvent constructeurs d’aéroplanes. Au printemps 1909, ils font voler un premier planeur qu'ils baptisent Romiotte 1.

Cette année-là, ils crééent l'association des Aéroplanes Caudron frères. L'association qui devient par la suite la société des avions Caudron, va fournir ce qui ne s'appelle pas encore l'armée de l'Air française en Caudron G3 et G4 qui serviront d'appareils de reconnaissance puis d'entraînement (G3) et de bombardement (G4). Mais les frères Caudron vont d'abord vendre leurs aéroplanes aux chinois, à cinquante exemplaires.

Caudron ce fut également une école de pilotage, la première au monde, sur la plage du Crotoy, qui forma quantité d'aviateurs devenus ensuite célèbres parmi lesquels figurent Jean Navarre, René Fonck, Jean Mermoz, Jean Bozon-Verduraz (le dernier aviateur a avoir vu Guynemer en vie) et du côté des aviatrices Adrienne Bolland -qui deviendra par la suite pilote d'essais chez Caudron- Bessie Coleman -la première afro-américaine a être brevetée en 1921- qui fut précédée par Elise Déroche, la première femme pilote initiée par Gabriel Voisin et brevetée en 1910.

Puisqu'il est question d'aviatrices, les avions Caudron devinrent des montures de choix pour de grands noms de l'aviation française tels qu'Adrienne Bolland -la première femme à avoir traversé la Cordillère des Andes à bord d'un Caudron G3 en 1921-, Maryse Bastié -qui établi un record féminin de distance à bord d'un Caudron C109 avant de s'attaquer plus tard à la traversée de l'Atlantique seule à bord d'un Caudron Simoun- et Hélène Boucher qui remporta plusieurs records de vitesse sur Caudron Rafale.

C'est également chez Caudron que Henry Potez, brillant ingé­nieur aéronautique vision­naire, a fait ses débuts, avant de s'établir à Méaulte, dans la Somme, dans une usine construite de toutes pièces qui devint à l'époque la plus moderne au monde, presque créée pour produire le Potez 25. Nationalisée en 1936 et devenue SNCAN, elle devient un des principaux sites industriels de Nord Aviation après-guerre et produit aujourd'hui les nez des Airbus actuels.

Sortant à peine de Supaéro, Marcel Dassault, alors Bloch, débuta également chez Caudron, aux côtés de Henry Potez, dans le but de rationnaliser la fabrication des Caudron G3. C'est également le G3 qui sera en partie à l'origine de la création de l'hélice Eclair, car le rendement de l'hélice originale du G3 n'était pas particulièrement performant.

C'est toute cette histoire que raconte "L'envol de l'aéronautique, des frères Caudron à Henry Potez", un film de Joëlle Novic fort bien réalisé et qui laisse la belle part aux images d'époque et qui raconte une grande aventure à la fois humaine et industrielle, qui se poursuit encore de nos jours.  

Diffusé le 31 octobre sur France 3 Picardie et France 3 Nord-Pas de Calais en deuxième partie de soirée.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription