0
Défense
Crash à Albacete : "Une malchance totale"
Crash à Albacete : "Une malchance totale"
© DR

| ehuberdeau

Crash à Albacete : "Une malchance totale"

Ce matin le général Mercier, chef d'Etat Major de l'armée de l'Air, visiblement ému, est revenu devant la presse sur l'accident intervenu mardi dernier en Espagne. Au cours d'un exercice de l'OTAN, un F-16 grec s'est écrasé sur un parking de la base aérienne d'Albacete, les deux pilotes grecs sont morts ainsi que neuf aviateurs français. Cinq autres militaires français sont gravement blessés ainsi que plusieurs aviateurs italiens.

Le Général Mercier est tout d'abord revenu sur l'exercice auxquels participaient les appareils et les équipes de l'armée de l'Air. Il a rappelé que le TLP (Tactical Leadership Programm) est un exercice de perfectionnement pour des équipages déjà très préparés. Entrainant les équipages à une action en coalition, cet exercice annuel est très important, d'ou l'envoi de moyens importants.  
Le TLP était entré dans sa dernière phase avec des exercices complexes impliquant un grand nombre d'avions. C'est pourquoi, deux Mirage 2000-5 français avaient déjà décollés et que deux Rafale, deux Mirage 2000D et deux Alpha Jet se préparaient simultanément au décollage avec à bord leurs équipages et autour leurs mécaniciens.
Le commandant de l'armée de l'Air a aussi insisté sur le fait que la base aérienne d'Albacete est parfaitement adaptée à ce type d'exercice. Il a par ailleurs estimé que les autorités espagnoles ont été remarquables. Les secours ont parfaitement réagi.

En se qui concerne les causes de l'accident, deux enquêtes sont actuellement en cours. Une enquête judiciaire à laquelle participent des gendarmes français et une enquête technique avec l'assistance du Bureau Enquête Accident Défense. Des représentants italiens et grecs assistent également les autorités espagnoles. Le général Mercier a annoncé que les enregistreurs de l'appareil grec ont été retrouvés et retirés. Il a également confirmé que les pilotes grecs ont tenté de s'éjecter avant le crash. On ne sait toujours pas pourquoi l'appareil a été victime d'une perte de puissance et a ainsi viré à droite. Pour le commandant de l'Armée de l'Air cet accident est avant tout à une "malchance totale". Il n'y aura donc pas de remise en cause de quoi que ce soit ni de mise en place de mesures de sécurité supplémentaires.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription