3
Aviation Civile
Chine : un grand bol d'oxygène pour ATR
Chine : un grand bol d'oxygène pour ATR
© ATR

| Yann Cochennec

Chine : un grand bol d'oxygène pour ATR

La certification de l'ATR 42-600 par les autorités chinoises de l'aviation civile vient de franchir une étape importante avec un vol de validation de trois heures auquel ont participé pilotes de la CAAC et de l'EASA.

L'ATR 42-600 déjà testé dans les montagnes du Yunnan

Le marché chinois peut enfin s'ouvrir à l'ATR 42-600. A moins d'un coup de théâtre, le turbopropulseur franco-italien devrait en effet recevoir sa certification de type par les autorités chinoises de l'aviation civile (CAAC) dans les prochains mois, permettant ainsi l'exploitation de l'ATR 42-600 en Chine. Le processus de certification vient en effet de franchir une étape cruciale avec le vol de validation de trois heures auxquels ont participé pilotes d'essais de la CAAC et pilotes d'essais de l'EASA ou AESA. ATR travaille à cette certification depuis des années. En novembre 2018, à l'occasion d'un "démo-tour", l'ATR 42-600 avait déjà passé avec succès ses tests haute altitude au départ de plusieurs aéroports de la province montagneuse du Yunnan dans le sud-ouest de la Chine.

Deux clients chinois qui patientent

Une fois obtenue la certification chinoise, ATR pourra commencer à livrer les premiers exemplaires aux deux clients chinois qui avaient signé des lettres d'intention lors de l'édition 2017 du Salon du Bourget. ATR évalue les besoins de la Chine en turbopropulseurs régionaux à 1100 appareils sur les vingt prochaines années. Sur le segment des avions d'une capacité allant jusqu'à 100 places, selon les normes établies par les autorités chinoises de l'aviation civile (CAAC), ATR estime que les besoins porteront sur 70 appareils de 50 places et 230 autres de 70 places. Un parc qui permettra de relier 200 aéroports régionaux, créant ainsi 690 nouvelles routes. 

ATR 42-600 en version 30 places

A ces prévisions connues, s'ajoutent désormais les besoins du segment de l'aviation générale qui inclut les appareils allant jusqu'à une capacité de 30 places. Un segment que le gouvernement chinois veut désormais développer et prévoit à cet effet la construction de plusieurs aéroports (Air & Cosmos n° 2615). Un marché potentiel que ATR estime à environ 800 turbopropulseurs supplémentaires et pour lequel l'ATR 42-600 est adapté. D'ailleurs, cette version à 30 places de l'ATR 42-600 a fait l'objet de deux lettres d'intention lors du dernier salon du Bourget pour un total de 13 appareils.

Répondre à () :


Captcha
patrico delmondo | 06/07/2020 22:16

Je ne fait que le dire dans vos pages ! L ATR 42 ou 70 Est un avion formidablement dans l air du temps, ultra fiable , silencieux , économe, écologique et surtout ultra adapté aux circuits et terrains transversaux ! En plus il a une architecture et une aérodynamique au Top ! Apres quelques modifs d allègements et de wings, Il pourrais facilement franchir ce seuil, de ce renouveau aérospaciale nécessaire qu il va falloir mettre en oeuvre ! Il a et aurait tout pour lui ! Je le répéte, les pays du monde nous envient cet avion Franco/Italien et le veulent ! La Chine maintenant va en prendre ! Quelle référence certes pas pour tout le monde. Chez nous, dans notre aéropage aéronautique ? on ne l a toujours pas compris ! Incroyable ! Mais qu en dit Air&Cosmos svp ?

Gerard Chevalier | 07/07/2020 18:30

Il y a complementarite atm et a400m

HEUZE | 10/07/2020 10:50

que va devenir rennes st jacques pb sur Marseille ?? ou uniquement Volotea??

| | Connexion | Inscription