1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Espace

0
Couverture
© SpaceX
15/01/2019 15:37 | Par Pierre-François Mouriaux

Chaud et froid chez SpaceX

Le 12 janvier, le lendemain de son premier lancement réussi de l’année, contre toute attente, l’opérateur californien a annoncé une importante vague de licenciements.

Si la Chine a ouvert le bal des lancements orbitaux le 10 janvier avec la mise à poste du satellite géostationnaire de télécommunications Chinasat 2D, SpaceX lui a emboité le pas dès le lendemain, achevant le déploiement de la constellation Iridium Next avec la mise sur orbite basse d’une nouvelle grappe de dix satellites.

Le déploiement de la constellation Iridium Next avait démarré en janvier 2017 et a nécessité huit missions, toutes réussies et ponctuées, à cinq reprises (comme le 11 janvier), d’une récupération du premier étage au large des côtes californiennes, sur la barge « Just Read the Instructions ».

Soixante-quinze satellites Iridium Next (construits par Thales Alenia Space) se trouvent ainsi sur orbite aujourd’hui, à environ 780 km d’altitude, répartis en six plans orbitaux de onze satellites chacun, complétée par neuf satellites de rechange sur orbite de parking. Six autres exemplaires restent en réserve au sol.

C’était la 67e mission du Falcon 9 depuis 2010.

 

Coup de tonnerre.

L’année semblait donc démarrer sous les meilleurs auspices pour SpaceX. Sauf que, le 12 janvier, les salariés de SpaceX ont reçu un message électronique inattendu de la part de Gwynne Shotwell, la présidente de l’entreprise, leur annonçant une réduction de 10 % des effectifs, soit 600 personnes.

« Pour continuer à répondre aux besoins de nos clients et pour réussir à développer un engin spatial interplanétaire et Internet global basé sur un système spatial [la constellation Starlink, NDLR], SpaceX doit devenir une entreprise plus légère, écrit-elle. L’un ou l’autre de ces projets, même lorsqu'ils ont été tentés séparément, ont entraîné la faillite d'autres organisations. Cela signifie que nous devons nous séparer de certains membres talentueux et travailleurs de notre équipe. »

Cette décision « très difficile mais nécessaire », aussitôt relayée par le Los Angeles Time, n’a donné lieu à aucun commentaire officiel.

Falcon 9 Gwynne Shotwell Iridium Next SpaceX Thales

Répondre à () :

| Connexion | Inscription