advertisment-image

Inscription à la newsletter La Lettre de la Défense - réservée aux abonnés


0
Aviation Civile
Brexit : la réponse de Ryanair à Sir Richard Branson
Brexit : la réponse de Ryanair à Sir Richard Branson
© Easyjet

| yann cochennec

Brexit : la réponse de Ryanair à Sir Richard Branson

Suite aux propos tenus par Sir Richard Branson sur l'impact d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne ou Brexit sur les activités futures d'EasyJet et de Ryanair, cette dernière tient à répondre que :

« Ces propos montrent combien Mr Branson connaît peu l'aviation européenne. Ryanair est une compagnie aérienne enregistrée en Irlande, de sorte que toute idée de Brexit n’aura aucun effet sur notre liberté de voler partout en Europe. De même, étant donné que la compagnie Easyjet est enregistrée au Royaume-Uni, et que même dans l’éventualité d’un Brexit le Royaume-Uni restera membre de l’accord de Ciel Ouvert européen, la compagnie Easyjet sera libre de continuer à  voler partout où elle le souhaite aussi. Peut-être que passer un peu trop de temps sous le soleil des Caraïbes a eu un effet néfaste sur ses capacités de discernement. »

"Easyjet et Ryanair sont en situation de panique totale", avait déclaré Sir Richard Branson, président de Virgin Atlantic Airways dans un entretien accordé le week-end dernier au magazine britannique Event. "Si la Grande-Bretagne quitte l'Union européenne, Ryanair et Easyjet perdront techniquement le droit de pouvoir desservir des lignes entre plusieurs points de différents pays toujours membres de l'Union Européenne", a-t-il précisé.

En clair : Easyjet ne pourra plus faire du Paris-Milan pour ne prendre que cet exemple. Or, le réseau intra-communautaire tire désormais non seulement l'essentiel de l'activité d'EasyJet et de Ryanair mais aussi toutes leurs futurs projets de croissance. Adieu donc "veau, vache, cochon, couvée...." en cas de Brexit ou de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Dans cette perspective, il n'est pas surprenant que la directrice générale d'Easyjet, Carolyn McCall, ait récemment mis en garde contre les conséquences d'une telle sortie qui "se traduirait par un retour au temps où seuls les riches pouvaient prendre l'avion". De son côté, Ryanair compte bien mettre toutes ses forces pour que le référendum se traduise par un maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne.

Il est néanmoins intéressant de constater qu'une sortie de l'Union européenne par un pays membre ne remet pas en cause les acquis du "ciel ouvert" pour le sortant. Et la question qui se pose naturellement est pourquoi ? La construction européenne reste manifestement empêtrée dans ses contradictions. Ce qui explique peut être qu'elle ne peut avancer.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription