0
Aviation Civile
Brexit : IATA veut une solution rapide © JBH

| HEGUY Jean-Baptiste

Brexit : IATA veut une solution rapide

L'Association du transport aérien international exhorte l'Union Européenne et la Grande-Bretagne à trouver un système qui garantisse la pérennité des liaisons aériennes.

D'après les chiffres communiqués le 5 décembre par l'IATA (Association du transport aérien international), l'Europe fait partie des marchés très dynamiques pour le transport aérien. En 2017, le profit net réalisé par le secteur aérien européen est de 9,8 Md$ et l'IATA anticipe un bénéfice de 11,5 Md$ pour l'année 2018. Néanmoins, ces bons résultats cachent des "variations considérables dans la performance des compagnies aériennes", explique Rafael Schvartzman, vice-président de la région Europe pour l'IATA

Un des problèmes clés actuels est la difficile négociation actuelle entre l'Union européenne et la Grande-Bretagne pour régler les relations de l'après-Brexit. "Résoudre cette situation est difficile, mais faisable", déclare Rafael Schvartzman. "L'heure tourne. Les compagnies aériennes vont finaliser leurs programmes 2019 dans quelques mois. Nous espérons qu'une solution soit rapidement trouvée pour régler les conditions d'exploitation du transport aérien après mars 2019, de manière à ce que le trafic aérien entre la Grande-Bretagne et l'Union Européenne continue normalement", précise Rafael Schvartzman. "Nous espérons qu'un accord soit trouvé entre l'Union Européenne et la Grande-Bretagne au plus tard en octobre 2018", renchérit Alexandre de Juniac, directeur général de l'IATA.  

Brexit IATA

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription