2
Bourget 2019
Bourget 2019 : 282 ventes pour Boeing © B. GILSON

| Benoît Gilson

Bourget 2019 : 282 ventes pour Boeing

Le constructeur américain conclut son Bourget 2019 sur un bilan très honorable

« On savait que ce serait un salon spécial et ce fut un salon spécial », a confié d’emblée Ihssane Mounir, le Vice-président Ventes & Marketing de Boeing, à l’heure des bilans de ce Bourget 2019, évoquant notamment l’émotion et la mobilisation provoquées par les accidents du MAX au sein du constructeur ». Le « vendeur » de Boeing est néanmoins revenu sur les succès de l’avioneur lors de cette édition et en particulier la signature du groupe IAG (qui réunit British Aiways, Iberia, Vueling, Level et Aer Lingus) pour 200 B737MAX. « Je suis désolé de vous démystifier, mais ce contrat n’a pas été conclu au Bourget, a-t-il confié. Ce n’est pas le genre de contrat qu’on règle en quelques heures lors d’un salon mais un travail à long terme, entamé il y a déjà pas mal de temps. Le Salon est l’endroit idéal pour célébrer un contrat mais la négociation a lieu avant ». Il a d’ailleurs confirmé que plusieurs autres contrats sont en négociations sans, bien entendu, en préciser ni le nombre ni le timing. 

Au total, Boeing a vendu 282 appareils sur ce Salon. Les montants de plusieurs engagements n’ont en revanche pas été révélés, empêchant ainsi un décompte précis à ce sujet. Boeing peut cependant se targuer d’une belle performance pour un Salon que beaucoup annonçaient difficile pour le constructeur de Seattle. 

Ce bilan fut également l’occasion de parler des avions du futur et notamment de la réaction de Boeing au lancement par Airbus de l’A321 XLR qui a remporté un beau succès en termes de commandes. « Nous souhaitons bonne chance à Airbus pour cet appareil et nous leur souhaitons également un bon anniversaire, a répondu Ihssane Mounir. La concurrence est un moteur qui nous rend meilleurs. Mais de notre côté, nous ne travaillons pas sur le même type de projet. Airbus a fait une adaptation d’un appareil existant alors que si nous lançons un appareil pour le milieu de marché, ce sera un appareil nouveau. Nous étudions un appareil entre la gamme 737MAX et le 787. Un appareil qui proposerait le confort d’un avion à double allées, avec l’économie d’un avion monocouloir ». Des propos qui font écho à ceux tenus un jour plus tôt par le CEO de Qatar Airways, Akbar Al Baker, pourtant client de l’A321 LR, précisant qu’il limitait l’Airbus a des vols de 7 heures maximum, estimant que ses clients n’étaient pas prêts à voyager plus longtemps dans un monocouloir. Le CEO de Qatar a même ajouté qu’il était persuadé que Boeing lancerait un tel appareil et que, dans ce cas, sa compagnie en serait cliente. Boeing, à ce stade, poursuit ses études de marché afin de définir le juste positionnement d’un tel appareil ainsi que ses perspectives commerciales. 

Le patron de Qatar a également suscité des questions sur un futur B777X Cargo qu’il appelle de ses vœux et dont il a déjà annoncé qu’il souhaitait en être le client de lancement. « Notre B777F se vend très bien, souligne Ihssane Mounir qui rappelle que Boeing détient 90% du marché mondial des avions cargo. Le développement d’un B777X Cargo est la suite logique de notre gamme actuelle ». Autant de projet d’avenir dont Boeing rappelle qu’ils ne sont pas la priorité du moment, contrairement au MAX dont la remise en service mobilise l’essentiel des ressources du constructeur américain. 

Boeing B777 737 MAX

Répondre à () :


Captcha
Frequent Traveller | 21/06/2019 12:39

Offrir " la PaxEx du bi-couloir avec l'Économie du mono-couloir" c'est très exactement construire le H38QR MAX, voire le H53QR, soit les versions bi-couloir/Quick Rotation du 738 MAX ou bien retour au 753 mais remotorisé en soufflante grand diamètre, avec la cabine 1+2+1 en Premium, et 1+3+1 en E+ ou Y-class ,,, A 'Piece of Cake' dixit Adam Pilarski ... Pluie de 'likes' garantie !!

Bruno Eliard | 21/06/2019 17:49

Pathetique Boeing n'a pas vendu 200 737 Max. Juste une lettre. Beaucoup de bruit pour rien donc. je m'étonne du peu de sérieux des commentateurs professionnels. Le patron d''AIG a t'il le droit de passer une telle commande sans accord du board ? bien sur que non. Son attitude est même très limite et vis à vis de son entreprise et plus encore vis à vis de ses clients, qu'ils a vraiment l'air de prendre pour des demeurés, quand on lit ses commentaires. Tout ceci est pitoyable et que Boeing se livre à cette mascarade, montre que décidément, rien ne va plus d coté de Chicago.

| Connexion | Inscription