3
Industrie
Boeing 737 MAX : pas de recertification avant 2020
Boeing 737 MAX : pas de recertification avant 2020

| Antony Angrand

Boeing 737 MAX : pas de recertification avant 2020

La FAA ne terminera pas la re-certification du Boeing 737 Max avant la fin de l'année, a déclaré son administrateur, Stephen Dickson.

Au vu de la tournure des évènements, il y avait fort à parier que la (re)certification du Boeing 737 MAX 8 n'interviendrait pas avant 2020, en dépit des déclarations récentes de Boeing, lequel constructeur a affirmé qu'il s'attendait à ce que la FAA autorise le biréacteur à reprendre les opérations avant la fin de l'année 2019.

Mais cela ne se fera pas avant 2020. C'est ce qu'a confirmé l'administrateur de la FAA, Stephen Dickson avant de témoigner lors d'une audience du Comité des transports, à Washington. Stephen Dickson a déclaré que les autorités doivent respecter un certain nombre d'étapes avant de permettre à l'avion de reprendre les opérations au sein des compagnies aériennes, y compris la définition des exigences de formation des pilotes et l'achèvement d'un rapport que la FAA doit publier. 

À la fin du mois dernier, Boeing a perdu son autorisation de certifier les biréacteurs 737 Max à la suite d'une décision de la FAA d'interdire au constructeur de délivrer ses propres certificats de navigabilité en vertu de son autorité de désignation organisationnelle (ODA). La FAA a déclaré qu'elle se réserverait le pouvoir de délivrer les certificats jusqu'à ce que Boeing mette en place des « processus de contrôle et de vérification de la qualité entièrement fonctionnels ». Dans le passé, la FAA partageait la responsabilité avec Boeing d'émettre la certification avant la livraison.

« Lorsque le 737 Max sera remis en service, ce sera parce que tous les problèmes de sécurité auront été réglés et que les pilotes auront reçu toute la formation dont ils ont besoin pour piloter l'aéronef en toute sécurité [...] Ce processus n'est pas guidé par un calendrier [...] Il reste encore dix, voire onze étapes à franchir et cela va prendre du temps », a ajouté Stephen Dickson. 

Répondre à () :


Captcha
Jean-Charles MOSTACCHI | 12/12/2019 10:58

On se focalise sur le système MCAS s'agissant du Boeing 737-MAX, mais pourquoi celui-ci est-il nécessaire ? S'agit-il d'une "béquille" pour permettre à un avion mal né, mal centré .. de voler ? La conception générale n'est-elle pas en cause ? C'est vrai avec les commandes de vol électriques on sait faire voler un fer à repasser instable, mais le 737 est un avion à l'architecture mixte; dès lors n'est-il pas condamné ?

Bernard Bloch | 13/12/2019 18:55

Excellent commentaire. Le 737 MAX était la réponse dans l'urgence à l'A 320 néo. La trop faible garde au sol du 737 NG et la volonté de rester compétitif en prix ont conduit Boeing à "bricoler". La FAA s'est retrouvée complice et y a perdu de la crédibilité. Crédibilité qu'elle cherche maintenant à retrouver en faisant le travail qu'elle aurait du faire lors de la certification du 737 MAX.

squara | 15/12/2019 11:44

Les experts canadiens ont indiqué que l'aileron de queue bougeait sans commande dans les deux derniers accidents. Cet aileron de queue est actionné par des câbles en acier et des freins a disque une technologie des années 60 date du premier modèle de 737. Ce système de gouverne n'a pas été modifié depuis l'origine de l'avion alors que le 737 Max est 60% plus imposant et deux fois plus puissant que le modèle d'origine. Le logiciel MCSA agit sur cet aileron,d’après la réglementation Boeing et la FAA auraient due certifier toute la chaîne de sécurité câbles et freins compris,ce qui n'a pas été fait. Boeing interrogé par les experts canadiens a éludé la question et n'a pas répondu . Ce problème touche tous les 737 et les modifications ruineraient a coup sur Boeing. Comme il ne faut pas compter sur Boeing pour se saborder ni même la FAA au nom des intérêts supérieurs des USA. Il faut donc que les autres agences internationales de certification s'emparent du problème. A défaut de régler ce point il faut que les personnels navigants et les passagers refusent de monter dans un avion dangereux.

| | Connexion | Inscription