0
Aviation Civile
Bilan mitigé pour l’aéroport de Toulouse
Bilan mitigé pour l’aéroport de Toulouse
© Aéroport de Toulouse

| Léo Barnier 386 mots

Bilan mitigé pour l’aéroport de Toulouse

A l’instar de Marseille-Provence, Toulouse-Blagnac aura connu une année 2014 en demi-teinte. La réduction de l’offre a grevé le trafic de l’aéroport. Il a aussi subi l’impact de la grève des pilotes d’Air France. Pour autant, l’aéroport a amélioré ses résultats financiers et entend bien repartir de l’avant en 2015.

Le trafic de 2014 a reculé de 0,7 % par rapport à 2013. Il fût ainsi de 7 517 736 passagers sur l’année. Ce résultat est conforme aux prévisions faites il y a un an, au vu de la diminution du nombre de sièges offerts. Ce fut notamment le cas d’Air France, qui a fermé presque toutes ses destinations européennes lancées avec sa base en 2012, mais aussi d’easyJet,

Toulouse met ainsi fin à quatre années de croissance continue, ponctuées de record de trafic. Cela aurait pu encore être le cas sans la grève d’Air France. Jean-Michel Vernhes, président du directoire de l’aéroport, estime qu’elle a coûté 100 000 passagers à la plateforme, soit 1,5 point de croissance.

Cela n’aura donc pas empêché l’aéroport d’améliorer son chiffre d’affaires de 2,7 %, à 120,6 M€. Ce sont les recettes extra-aéronautiques qui ont été le principal moteur de cette croissance (+3 % environ). Le résultat d’exploitation a aussi progressé. Les chiffres définitifs n’ont pas été arrêtés mais ils devraient dépasser les 10,4 M€ de 2013.

Jean-Michel Vernhes s’attend à une année 2015 bien plus dynamique, avec une offre en hausse de 4,5 %. L’arrivée d’un troisième avion basé par easyJet et les ouvertures de lignes de Voleta devraient permettre une progression significative du trafic.

Toulouse prépare aussi son avenir avec le lancement d’un chantier de réaménagement des halls A et B. Le couloir entre les deux aérogares laissera place à un nouveau bâtiment de 2 900 m2. Il centralisera les postes de sécurité et offrira un espace commercial traversant (« walkthrough »). Une jetée d’embarquement de 2 000 m2 sera construite dans son prolongement avec cinq postes avions en faux-contact.

L’aéroport pourra ainsi accueillir 10 millions de passagers en 2017. Toulouse pourra alors se concentrer sur le plan industriel de son futur actionnaire privé : le consortium chinois Symbiose. Celui-ci estime que Toulouse doit être prêt à accueillir 18 millions de voyageurs en 2046. Il compte investir 850 M€ pour cela. Avant ça, l’Etat doit d’abord finaliser la vente à Symbiose. L’opération devrait être effective courant mars 2015.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription