0
Avions commerciaux
ATR prévoit un marché toujours mou en 2017 © ATR

| A Stockholm, Yann Cochennec

ATR prévoit un marché toujours mou en 2017

Christian Scherer, le nouveau président d'ATR, ne mise pas sur un réveil du marché mondial des avions régionaux en 2017. L'année dernière, le constructeur franco-italien de turbopropulseurs a enregistré 36 ventes fermes. Loin des records des années passées. En 2015, ATR avait vendu 76 avions et 160 en 2014.

Les facteurs de ce ralentissement sont de plusieurs ordres. "Nos deux plus importants marchés, le Brésil et l'Indonésie, sont touchés par la forte dépréciation de leurs monnaies respectives face au dollar", indique le président d'ATR, lors d'une rencontre avec la presse à Stockholm. Un des clients scandinaves du constructeur, BRA Braathens Regional Airlines, y réalise un vol utilisant du biocarburant sur un de ses ATR 72-600 flambants neufs.

"Un carburant pas cher est un élément supplémentaire qui favorise la remise sur le marché de jets régionaux de seconde main", poursuit Christian Scherer qui ajoute : "il y a peut être aussi eu un peu de spéculation de la part des loueurs d'avions. Ils ont peut être un peu surestimés les besoins du marché".

Et les effets de ces différents facteurs vont se poursuivre en 2017. Pour cette année, ATR a déjà la commande d'Iran Air pour 20 ATR 72-600 fermes, plus 20 options, en carnet. Reste maintenant à l'arrondir d'autres contrats. "Nos équipes de vendeurs sont très actives. Il se passe beaucoup de choses. Tout l'enjeu est de transformer ces différents mouvements en contrats fermes".

ATR a livré 80 avions en 2016 et s'apprête à en livrer autant cette année. Et même un peu plus si possible.

ATR Christian Scherer commande d'avions livraisons Airbus Airtel Delta Air Lines Gogo Latécoère OneWeb Sprint Advanced Hawkeye E-2D Northrop Grumman

Répondre à () :


Captcha

| Connexion | Inscription