0
Aviation Civile
Aéroports de Nice et Lyon : l'Etat vise une privatisation en 2016
Aéroports de Nice et Lyon : l'Etat vise une privatisation en 2016
© Aéroports de Lyon

| Léo Barnier

Aéroports de Nice et Lyon : l'Etat vise une privatisation en 2016

Près d'un an après l'aéroport de Toulouse, l'Etat se penche sur la « privatisation de Nice et Lyon ». Celle-ci pourrait intervenir dès le début de l'année 2016 à en croire le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, interrogé par l'Agence France Presse lors d'un déplacement en Ardèche, le 21 septembre 2015. Il n'a pas précisé s'il parlait de la sélection du candidat ou de la finalisation du contrat (ce qui avait pris plusieurs mois à Toulouse).

Le ministre a ainsi déclaré que « nous finaliserons un cahier des charges pour l’automne et nous lancerons la procédure pour un premier tour de table d’ici la fin de l’année. Début 2016 on devrait avoir la réponse. » C'est le calendrier le plus précis qui ait été donné, jusqu'ici seule une date butoir en mi-2016 avait été évoquée.

La nouvelle était néanmoins attendue depuis longtemps. Du moins depuis l'inscription du « transfert au secteur privé de la majorité du capital » des plateformes rhodanienne et azuréenne au sein de la loi pour la croissance et l'activité, dite « loi Macron » et promulguée en août dernier.

En d'autres termes, l'Etat va céder les 60 % qu'il possède dans les sociétés gestionnaires des deux aéroports. Les 40 % restants se répartissent entre les Chambres de commerce et d'industrie (25 %) et les collectivités locales (15 %). S'il concède la gestion, l'Etat conserve en revanche la pleine propriété des plateformes lyonnaise et niçoise, à l'instar des autres grands aéroports régionaux.

L'opération devrait se dérouler via un appel d'offre, comme ce fut le cas pour Toulouse. Selon Emmanuel Macron, les actionnaires minoritaires ne seront impliqués dans aucune des offres, comme cela avait été parfois envisagé.

Par ailleurs Augustin de Romanet, président et directeur général des Aéroports de Paris, a indiqué dans une interview au quotidien Les Echos ne pas être intéressé par une prise de participation dans l'aéroport de Lyon. Il ne souhaite ainsi pas s'engager dans le développement d'une plateforme pouvant concurrencer son hub parisien.

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription